MALI-FRANCE/ACCORDS MILITAIRES : L’UE regrette; un sénateur français : « le Mali payera très cher le fait de s’être séparé de manière violente des forces françaises »

Le 1er mai dernier, les autorités maliennes, agacées par des violations ininterrompues de leur espace aérien par l’armée française, ont dénoncé ouvertement les accords militaires signés en 2014 entre le Mali et la France qui donnaient droits à la France pour s’adonner à de telles activités. Cette décision a fait réagir l’UE qui l’a jugée ‘’regrettable’’. Par ailleurs derrières les décisions maliennes, des élus français y voient la main de la Russie.

 

L’Union Européenne et la France se sont jurées fidélité et  ne se trahiront jamais même lorsque l’une des deux parties viole les conventions de l’ONU sur l’inviolabilité de la souveraineté de chaque pays membre des Nations Unies.

En effet, la brouille entre le Mali et la France qui a mis à mal les relations diplomatiques entre les deux pays a également mis à nu cette complicité morbide entre l’Union Européenne et la France. Cette complicité au nom de laquelle la France peut violer en toute impunité la souveraineté territoriale du Mali et avoir tranquillement le soutien de son alliée de  l’UE.

A cet égard, la dernière prise de position de l’UE après la décision des autorités maliennes de rompre les accords de défense entre la France et leur pays, en est la parfaite illustration. Alors que les autorités maliennes dénonçaient ouvertement ces accords de défense sur lesquels se basaient l’armée française pour espionner l’armée malienne et violer de manière répétée la souveraineté territoriale de leur pays, le porte-parole de l’Union Européenne,  Peter Stano, a jugé cette décision ‘’regrettable’’.  « Nous prenons acte de cette décision unilatérale. Elle est regrettable » a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

 

A LIRE AUSSI://MALI-FRANCE : Bamako estime que la France n’a plus de «base légale» pour opérer au Mali

 

Pour sa part, le président de la Commission de l’UE, Josep Borell,  a indiqué que « Cette décision n’est pas de nature à favoriser un climat apaisé et une coopération dont nous avons besoin dans la lutte contre le terrorisme ».

Par ailleurs et pour certains experts français en matière de coopérations internationales, les autorités maliennes sont allées beaucoup trop vite en prenant des décisions radicales.  En outre, ces derniers y voient des mains russes derrières toutes ces actions dont le seul but est de discréditer la France et son armée.  C’est le cas du sénateur français Christian Cambon, expert en relations internationales qui accuse ouvertement les russes « de manœuvres grossières ». Pour lui, «Les milices Wagner, pilotées par la Russie, ont tenté un coup en essayant de monter un faux charnier. Des malheureux sont morts, et ils ont tenté d’enterrer ces gens comme si les forces françaises les avaient exécutés » a-t-il fait savoir.

 

A LIRE AUSSI://GUINEE : La justice ordonne des poursuites judiciaires contre 20 personnalités dont l’ancien président Alpha Condé

On constate que les positions se radicalisent et que la ‘’guerre’’ entre l’occident et la Russie est en train se transporter petit à petit sur le continent et au Mali en particulier.

« La junte issue du coup d’Etat a dénoncé la totalité des accords militaires qui unissaient le Mali à la France… Cette rupture des accords repose sur des raisons stupides. La France aurait utilisé l’espace aérien du Mali sans prévenir… », s’irrite  le  sénateur français, Christian Cambon qui conclut : « je pense que le Mali payera très cher le fait de s’être séparé de manière aussi violente des forces françaises qui, pendant huit ans, ont assuré la souveraineté du pays ».

HG

Commentaires

error: Content is protected !!