MALI/JUSTICE : Jean-Yves Le Drian convoqué devant le Pôle Economique et Financier du Tribunal de Grande Instance de Bamako


Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5211

Un juge du Pôle Economique et Financier du Tribunal Grande instance de Bamako a convoqué Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères à comparaître le 20 juin 2022 devant ledit tribunal.

 

Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères et de la Coopération internationale est visé par la justice malienne pour des infractions liées aux atteintes des biens publics.

En effet, le juge d’Instruction de deuxième Cabinet au Tribunal de Grande Instance de la commune III de Bamako, Mahamoudou Bello Dicko a adressé une convocation au ministre français des Affaires étrangères, à comparaître devant le pôle Economique et Financier, le 20 juin 2022 à 8 heures.

Sa convocation porte sur les faits suivants : « Société Civile MP/C Jean-Yves et Thomas Le Drian pour atteinte aux biens publics et autres infractions, au dépens de l’Etat malien ».

 

A LIRE AUSSI://MALI-FRANCE/ACCORDS MILITAIRES : L’UE regrette; un sénateur français : « le Mali payera très cher le fait de s’être séparé de manière violente des forces françaises » 

 

« L’affaire » en question a été ressuscitée en février dernier par une plainte du mouvement Maliko. Regroupant plusieurs organisations de la société civile, il accuse le ministre français des Affaires étrangères d’avoir porté « atteinte aux biens publics aux dépens de l’État ». Thomas, le fils de Jean-Yves Le Drian, est également visé par la plainte. Reste maintenant à savoir si le concerné voudra répondre à cette convocation dans un pays dont il a lui-même toujours traité les autorités ‘’d’illégitimes et d’illégales’’.

Le dossier remonte à 2015, lorsque Ibrahim Boubacar Keïta, alors au pouvoir, confie à Oberthur Technologies, aujourd’hui Idemia, la fabrication des passeports biométriques au Mali. Une décision que Maliko considère comme « illégale » car prise sans appel d’offres.

À l’époque déjà, ce choix faisait polémique : pourquoi avoir choisi l’entreprise française alors que la Canadian Bank Note (CBN), la société canadienne qui détenait le marché depuis 2001, proposait de meilleures  conditions financières pour l’État malien ?

 

HG    

Commentaires

error: Content is protected !!