COP15 : Alain Richard Donwahi fait président de la COP 15 malgré sa citation dans l’affaire de trafic illicite de bois

Alain Richard Donwahi, l’ancien ministre ivoirien des eaux et forêts a été élu ce mercredi 11 mai 2022 à la présidence de la COP 15 sur la désertification. Seul bémol, le nouveau président de la COP 15 est empêtré dans une affaire de trafic illicite de bois qui ternit son élection.

 

Soutenu entièrement par le Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM Alassane Ouattara, Alain Richard Donwahi, l’ancien ministre ivoirien des Eaux et Forêt  a été élu mercredi 11 mai 2022, à la présidence de la Conférence des nations contre la désertification COP 15.

 

A LIRE AUSSI://CÔTE D’IVOIRE/COP 15 : Sorti du gouvernement pour des faits de malversation et trafic de bois allégués, Alain-Richard Donwahi va-t-il rebondir à la COP15? 

 

« Il faut s’enquérir des difficultés ou des problématiques dans les différentes régions de ce monde et faire en sorte pour pouvoir apporter des solutions. C’est un travail qui est colossal. (…). Il y aura une Cop 16, après celle que je vais présider. Dans la continuité et l’amélioration de ce qui a déjà été fait dans l’atteinte des objectifs et surtout que les programmes aient des résultats concrets sur le terrain. On peut avoir de bonnes idées, mais ce qu’est important c’est de les mettre en œuvre pour la satisfaction des populations », a défini le nouveau président de la Cop 15 comme ligne directrice de son action à ce poste. Comment le pourra-t-il?

C’est le lieu de souligner que, nonobstant cette élection, Alain Richard Donwahi traîne derrière lui une casserole assez résonnante dans une affaire délicate qui ternit son image au plan national. C’est ailleurs ce qui a valu sa non-reconduction dans le gouvernement Achi 2 formé le 20 avril dernier.

En effet, le journal panafricain Jeune Africain a récemment révélé qu’une procédure judiciaire avait été confiée à la Cour de cassation en janvier 2022 par l’Etat ivoirien, à l’effet de mener des enquête sur une affaire de trafic de bois précieux dont les ramifications remonteraient jusqu’au ministre Alain Richard Donwahi dont plusieurs proches seraient d’ailleurs impliqués. C’est le cas d’un certain Ali Lakis, libanais d’origine, qui est depuis lors écroué à la maison d’arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca).

 

A LIRE AUSSI://TRAFIC DE BOIS EN COTE D’IVOIRE : l’affaire qui a précipité la chute d’Alain-Richard Donwahi ; les coulisses du pillage 

L’ancien ministre s’en défend d’ailleurs et affirme qu’il s’agit d’une « grotesque campagne d’intoxication ». Cependant, l’élection d’un homme soupçonné dans une affaire de trafic illicite de bois et donc d’acte de déforestation à la tête d’une organisation de lutte contre la désertification comme la COP15 sans avoir mener des enquêtes pour situer  son vrai rôle, relève d’une incongruité sans précédent dont l’image du pays s’en trouvera éventuellement écorchée.

 

HG

 

 

 

 

Commentaires

error: Content is protected !!