PARLEMENT/ELECTION DE BICTOGO : ‘’le PDCI-RDA, le PPA-CI et l’UDPCI donnent leur confiance à Ouattara pour initier la Réconciliation et l’accélérer’’, Simon Doho

« L’Histoire retiendra que le PDCI-RDA, le PPA-CI et l’UDPCI ont donné leur confiance au Président de la République pour initier véritablement la Réconciliation et l’accélérer…Nous voulons aussi donner un signal d’approbation très fort à l’organisation de la prochaine rencontre de haut niveau des « trois grands » proposée par le Président de la République pour faire avancer la construction d’une paix durable dans notre pays »: tel est le sens  que l’opposition ivoirienne a donné à son soutien à la candidature du RHDP, Adama Bictogo.  Ci-dessus la déclaration de l’opposition

 

𝗗𝗘𝗖𝗟𝗔𝗥𝗔𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗖𝗢𝗠𝗠𝗨𝗡𝗘 𝗗𝗘 𝗟𝗢𝗣𝗣𝗢𝗦𝗜𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗣𝗢𝗟𝗜𝗧𝗜𝗤𝗨𝗘 𝗔 𝗟𝗔𝗦𝗦𝗘𝗠𝗕𝗟𝗘𝗘 𝗡𝗔𝗧𝗜𝗢𝗡𝗔𝗟𝗘 𝗔 𝗟𝗢𝗖𝗖𝗔𝗦𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘 𝗟𝗘𝗟𝗘𝗖𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗨 𝗣𝗥𝗘𝗦𝗜𝗗𝗘𝗡𝗧

𝗠𝗲𝘀𝗱𝗮𝗺𝗲𝘀, 𝗠𝗲𝘀𝘀𝗶𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗗𝗲́𝗽𝘂𝘁𝗲́𝘀, 𝗰𝗵𝗲𝗿𝘀 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲̀𝗴𝘂𝗲𝘀,

Qui parmi nous tous ici présents, ce matin, pourrait dire qu’il ne nourrit pas, chaque jour que Dieu fait, ardemment dans son cœur et au plus profond de lui-même, l’espérance, le rêve d’une Côte d’Ivoire plus fraternelle, plus solidaire et plus compétitive parmi les nations ? Nos rêves pour notre pays, la Côte d’Ivoire, notre mère patrie, qu’ils soient individuels ou collectifs, sont alimentés par nos peurs, nos souffrances et nos douleurs. Et nos peurs, nos souffrances et nos douleurs ont pour sources :

𝗣𝗿𝗲𝗺𝗶𝗲̀𝗿𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, les blessures béantes, celles visibles comme celles invisibles que nous avons accumulés pendant plus de 20 ans dans la succession douloureuse des crises que nous avons traversées L’élection présidentielle d’Octobre 2020, hier encore, nous a, à son tour, laissé son triste lot de déchirures et de fissures dans la riche cohésion que nous formions. Des populations entières, de toutes nos régions, continent encore de pleurer silencieusement leurs frères, leurs sœurs, leurs pères, leurs mères violemment arrachés à la vie.

𝗗𝗲𝘂𝘅𝗶𝗲̀𝗺𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, nos douleurs sont aussi nourries par la mesure des grands reculs subis par notre pays dans plusieurs domaines stratégiques dont l’éducation, la qualité de la vie dans nos villes et nos villages, la qualité du service publique, la qualité des services de santé, la qualité de l’environnement, les performances de l’agriculture et dans bien d’autres secteurs encore.

𝗠𝗲𝘀𝗱𝗮𝗺𝗲𝘀, 𝗠𝗲𝘀𝘀𝗶𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗗𝗲́𝗽𝘂𝘁𝗲́𝘀, 𝗰𝗵𝗲𝗿𝘀 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲̀𝗴𝘂𝗲𝘀,

Cette réalité est là, sous nos yeux, implacable malgré toutes nos répétitives fuites en avant. C’est cette réalité qui alimente nos peurs du lendemain, nos craintes des futures échéances électorales, celles de 2023 et de 2025. C’est cette réalité qui nourrit, en chacun d’entre nous, le rêve de retrouver la Côte d’Ivoire d’avant, la Côte d’Ivoire arc-en-ciel, riche de sa diversité. Comment transformer nos rêves individuels, en un rêve collectif pour construire une autre réalité, une réalité plus heureuse pour notre nation avec plus de bonheur partagé par toutes nos populations ? Comment reconstruire véritablement une nation plus forte, qui retrouvera pleinement sa place de leadership dans le développement humain, économique et environnemental en Afrique ?

Le philosophe français Paul Dorey a trouvé une réponse dans cette magnifique phrase écrite sur le fronteau du mémorial de la paix dans la ville de Caen en France. Et je cite : « 𝙇𝙖 𝙙𝙤𝙪𝙡𝙚𝙪𝙧 𝙢’𝙖 𝙗𝙧𝙞𝙨𝙚́𝙚, 𝙡𝙖 𝙛𝙧𝙖𝙩𝙚𝙧𝙣𝙞𝙩𝙚́ 𝙢’𝙖 𝙧𝙚𝙡𝙚𝙫𝙚́𝙚, 𝙙𝙚 𝙢𝙖 𝙗𝙡𝙚𝙨𝙨𝙪𝙧𝙚 𝙖 𝙟𝙖𝙞𝙡𝙡𝙞 𝙪𝙣 𝙛𝙡𝙚𝙪𝙫𝙚 𝙙𝙚 𝙡𝙞𝙗𝙚𝙧𝙩𝙚́». Nous pourrions la paraphraser pour dire : « 𝙇𝙖 𝙙𝙤𝙪𝙡𝙚𝙪𝙧 𝙣𝙤𝙪𝙨 𝙖 𝙗𝙧𝙞𝙨𝙚́𝙚, 𝙡𝙖 𝙛𝙧𝙖𝙩𝙚𝙧𝙣𝙞𝙩𝙚́ 𝙣𝙤𝙪𝙨 𝙧𝙚𝙡𝙚̀𝙫𝙚𝙧𝙖, 𝙙𝙚 𝙣𝙤𝙨 𝙗𝙡𝙚𝙨𝙨𝙪𝙧𝙚𝙨 𝙟𝙖𝙞𝙡𝙡𝙞𝙧𝙖 𝙙𝙚𝙢𝙖𝙞𝙣 𝙪𝙣 𝙛𝙡𝙚𝙪𝙫𝙚 𝙙𝙚 𝙡𝙞𝙗𝙚𝙧𝙩𝙚́». La fraternité dont parle le philosophe ici ne correspond nullement au mot que nous prononçons dans nos discours depuis plusieurs années et qui n’impacte en rien la vie de nation. La fraternité apparaît, ici, comme un catalyseur qui a contribué dans des nations proches de nous, à guérir des plaies, à apaiser des douleurs provoquées par de graves crises entre des peuples. En l’activant, ces nations ont fait l’expérience de la transformation de leurs rêves en réalités plus positives au service de la paix, du développement et de la prospérité.

 

“Oui, La Côte d’Ivoire fraternelle est possible. Elle est possible, par la construction d’institutions républicaines, authentiquement démocratiques, consensuelles et fortes dans la durée. Il doit en être ainsi de la CEI, du Conseil Constitutionnel et bien d’autres, qui doivent nécessairement être au service de la démocratie. Elle est possible, avec un partage équitable des richesses de la nation au bénéfice de tous ses enfants”

 

La France, l’Allemagne, l’Europe, les États-Unis d’Amérique ont fait l’expérience de cette fabuleuse métamorphose de l’état d’une nation. Ce sont des volontés politiques, la détermination sans limites de leurs enfants qui ont conduit à ses transformations spectaculaires qui font aujourd’hui de ces pays, de ces nations, des modèles d’un vrai développement durable. Nous aussi, nous pouvons nous sublimer en les imitant, pour tracer ensemble le chemin d’un nouveau destin pour notre nation et transformer nos rêves en réalités pour notre bonheur et celui de nos enfants ainsi que les générations futures. C’est dans notre fragilité commune que nous devons trouver et activer les ressorts de nos liens de fraternité pour relever de nouveaux défis qui alimenteront une vision nouvelle pour notre nation. L’expression profonde de notre fraternité, dans tous nos projets politiques et économiques, nos actions au service de nos populations, devient donc pour chacun, chacune d’entre nous, un impératif pour réaliser notre rêve commun et nos rêves.

 

A LIRE AUSSI://DROGUE ET BLANCHIMENT D’ARGENT : hommes d’affaires, officiers police, directeurs de société gardiennage et CIE… tous trafiquants de drogue, arrêtés

Oui, La Côte d’Ivoire fraternelle est possible. Elle est possible, par la construction d’institutions républicaines, authentiquement démocratiques, consensuelles et fortes dans la durée. Il doit en être ainsi de la CEI, du Conseil Constitutionnel et bien d’autres, qui doivent nécessairement être au service de la démocratie. Elle est possible, avec un partage équitable des richesses de la nation au bénéfice de tous ses enfants. Elle est possible, par une gouvernance administrative et politique qui tiennent compte de la diversité sociologique de notre pays; Elle est aussi possible avec une gouvernance économique caractérisée par une allocation juste et productive de nos ressources financières. La fraternité vraie sera possible si nous retrouvons ensemble les valeurs fondatrices de notre devise : Union , Discipline , Travail. La Côte d’Ivoire fraternelle sera possible grâce à la participation de toutes ses filles et ses fils à un dialogue inclusif profond qui conduise à la construction d’une nation véritablement réconciliée et unie.

 

𝗠𝗲𝘀𝗱𝗮𝗺𝗲𝘀, 𝗠𝗲𝘀𝘀𝗶𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗗𝗲́𝗽𝘂𝘁𝗲́𝘀, 𝗰𝗵𝗲𝗿𝘀 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲̀𝗴𝘂𝗲𝘀,

Nous sommes ici ce matin, pour mettre ensemble notre fraternité en mouvement. La mort est un moment de séparation et de douleur profonde. Elle devient aussi un moment d’union et de reconstruction de la fraternité souvent disloqué dans nos familles. Hier encore, nous avons observé à Daoukro la Côte d’Ivoire toute entière retrouvée, rassemblée, aux côtés de son Excellence le Président Aimé Henri Konan BEDIE pour partager la même douleur dans notre fraternité. Nous avions aussi observé dans la douleur, le même élan de fraternité lors des obsèques du Président de notre institution, Monsieur Amadou Soumahoro. La mort nous renvoie souvent dans la douleur tous nos regrets, nos manquements, nos fautes, nos erreurs du passé. Elle nous place aussi devant nos responsabilités pour nous engager à un nouveau projet de vie avec ceux et celles avec lesquels nous vivons. Nous n’avons pas le droit d’oublier nos morts avec les douleurs et les déchirures associées qui nous rongent silencieusement et qui neutralisent l’énorme potentiel humain de notre nation. Leur souvenir nous place tous, ce matin, devant une grande responsabilité pour engager ensemble un nouveau projet de bonheur pour notre pays.

Le temps est venu!

Le temps de la Côte rassemblée est venu !

Le temps de la Côte d’Ivoire réconciliée est venu !

Le temps de la Côte d’Ivoire Solidaire est venu !

Le temps de la Côte d’Ivoire fraternelle est venu !

𝗠𝗲𝘀𝗱𝗮𝗺𝗲𝘀, 𝗠𝗲𝘀𝘀𝗶𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗗𝗲́𝗽𝘂𝘁𝗲́𝘀, 𝗰𝗵𝗲𝗿𝘀 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲̀𝗴𝘂𝗲𝘀,

Ce matin toute l’opposition politique représentée à l’Assemblee nationale et sous les autorités des Présidents Henri Konan BEDIE , Président du PDCI-RDA, Laurent GBAGBO, Président du PPA-CI, MABRI Toikeusse, Président de l’UDPCI, veut exprimer son vote pour le renouvellement du poste de Président de l’Assemblée nationale , comme un vote de confiance au Président de la République.

Notre pays a trop souffert de nos divisions et des crises politiques fratricides qui augmentent nos douleurs.

Nous voulons donner notre part de signal, à notre pays, en cette occasion particulière suite au rappel au Tout Puissant du Président de notre institution, pour que le processus de réconciliation tant espéré par tous, devienne enfin une réalité pour tous.

 

“L’Histoire retiendra que le PDCI-RDA, le PPA-CI et l’UDPCI ont donné leur confiance au Président de la République pour initier véritablement la Réconciliation et l’accélérer”

 

Nous voulons nous engager à nous impliquer pleinement dans la mise œuvre des premiers pas du dialogue politique initié par le Président de la République.

Nous voulons aussi donner un signal d’approbation très fort à l’organisation de la prochaine rencontre de haut niveau des « trois grands » proposée par le Président de la République pour faire avancer la construction d’une paix durable dans notre pays.

Nous voulons renouveler à la Nation toute entière, aux ivoiriennes et aux ivoiriens, à tous les partenaires de notre pays, notre détermination sans faille à contribuer dans l’esprit de la fraternité constructive au redressement qualitatif de notre patrimoine commun, notre patrie, la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, nous appelons à voter OUI pour la Côte d’Ivoire,

𝗖’𝗲𝘀𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗽𝗽𝗲𝗹𝗼𝗻𝘀 𝗮̀ 𝘃𝗼𝘁𝗲𝗿 𝗢𝗨𝗜 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗹𝗲 𝗰𝗮𝗻𝗱𝗶𝗱𝗮𝘁 𝗱𝘂 𝗥𝗛𝗗𝗣 𝗲𝗻 𝗿𝗲𝗺𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝗹’𝗮𝗻𝗰𝗶𝗲𝗻 𝗣𝗿𝗲́𝘀𝗶𝗱𝗲𝗻𝘁, 𝗔𝗺𝗮𝗱𝗼𝘂 𝗦𝗼𝘂𝗺𝗮𝗵𝗼𝗿𝗼, 𝗲́𝗴𝗮𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗺𝗲𝗺𝗯𝗿𝗲 𝗱𝘂 𝗥𝗛𝗗𝗣, 𝗱𝗲́𝗰𝗲́𝗱𝗲́.

Les premiers mots de pardon personnel exprimés par le Ministre Adama Bictogo à l’ensemble de l’opposition pendant les échanges avec tous les groupes ainsi que les premiers signaux d’une dynamique nouvelle au service de la démocratie augurent d’une future contribution positive de l’Assemblée nationale au processus de réconciliation qui s’engage avec Foi.

Nous voulons lui donner notre confiance.

Demain, la Côte d’Ivoire s’éveillera et les générations futures nous seront reconnaissantes d’avoir saisi l’occasion du vote exceptionnel de ce jour pour décider de marquer notre volonté de tracer ensemble le Chemin de la Côte fraternelle et prospère.

L’Histoire retiendra que le PDCI-RDA, le PPA-CI et l’UDPCI ont donné leur confiance au Président de la République pour initier véritablement la Réconciliation et l’accélérer.

Alors la Côte d’Ivoire dira fièrement comme les autres nations… La douleur m’a brisée, la fraternité m’a relevée et de mes blessures a jailli un fleuve de liberté.

Que Dieu vous bénisse tous ! Je vous remercie”.

 

𝗙𝗮𝗶𝘁 𝗮̀ 𝗔𝗯𝗶𝗱𝗷𝗮𝗻 𝗹𝗲 𝟳 𝗷𝘂𝗶𝗻 𝟮𝟬𝟮𝟮

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗹𝗲𝗻𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝗚𝗿𝗼𝘂𝗽𝗲𝘀 𝗣𝗮𝗿𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗼𝗽𝗽𝗼𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗮̀ 𝗹𝗔𝘀𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲́𝗲 𝗻𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻𝗮𝗹𝗲.

𝗦𝗶𝗺𝗼𝗻 𝗗𝗢𝗛𝗢

𝗦𝗘𝗥𝗩𝗜𝗖𝗘 𝗖𝗢𝗠𝗠𝗨𝗡𝗜𝗖𝗔𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗣𝗣𝗔𝗖𝗜

Commentaires

error: Content is protected !!