ANGOLA : décès de l’ancien Président José Eduardo Dos Santos à l’âge de 79 ans

José Eduardo Dos Santos est décédé ce vendredi 8 juillet 2022, à Barcelone en Espagne des suites de problèmes cardiaques.

 

L’ancien Président Angolais José Eduardo Dos Santos (1979-2017) s’est éteint ce vendredi 08 juillet 2022, à l’âge de 79 ans. Il aura été l’un des Présidents africains qui ont marqué les esprits non seulement par sa longévité au pouvoir, mais aussi par son patriotisme avec la lutte contre la colonisation portugaise.

Né le 28 août 1942 à Luanda, José Eduardo Dos Santos rejoint, en 1961, depuis Brazzaville (Congo) où il s’est exilé, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) qui lutte pour l’indépendance de cette colonie portugaise. Deux ans plus tard, il est choisi par le MPLA pour faire des études à Moscou, où il reçoit une formation d’ingénieur spécialisé dans le domaine de l’industrie du pétrole, un secteur clé de l’économie angolaise.

À son retour en Angola en 1970, Dos Santos sert dans les rangs des combattants sur le second front ouvert par le MPLA dans la région pétrolière de Cabinda. Représentant du mouvement lors des rencontres internationales, il est élu au comité exécutif du bureau politique du MPLA Après l’accession à l’indépendance le 11 novembre 1975, plusieurs groupes se disputent le contrôle du pays, parmi lesquels l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) de Jonas Savimbi. Le MPLA s’arroge finalement le pouvoir, établissant un régime de parti unique, qu’il tente de faire reconnaître par les pays hors du bloc soviétique, tandis que l’UNITA poursuit ses opérations de guérilla, soutenue par l’Afrique du Sud et les États-Unis. À la fin des années 1970, Dos Santos occupe plusieurs ministères.

 

A LIRE AUSSI://BURKINA FASO : arrivé à Ouagadougou ce 7 juillet, la tête de Compaoré réclamée par les avocats de la famille Thomas Sankara 

 

Dos Santos accède au pouvoir en septembre 1979, à la mort du président Agostinho Neto (MPLA). Faisant preuve de souplesse et de pragmatisme, il tente d’améliorer les relations de son pays avec l’Occident, notamment avec les États-Unis, qui ne reconnaissent toujours pas le gouvernement du MPLA Au début des années 1990, il abandonne la doctrine marxiste-léniniste et ordonne le retrait d’Angola des troupes cubaines qui y étaient stationnées depuis la fin des années 1970. Cette évolution ne modifie pourtant pas la position de l’UNITA qui intensifie ses attaques. Sous la pression internationale, Dos Santos signe, le 31 mai 1991, un accord de paix avec Savimbi et accepte d’organiser des élections libres et pluralistes. Mais son succès en 1992 conduit l’UNITA à reprendre les armes. Un nouvel accord de paix, signé à Lusaka (Zambie) en novembre 1994, qui prévoit un partage du pouvoir, permet la constitution d’un gouvernement d’unité et de réconciliation nationale. Toutefois, la reprise de la lutte armée et l’extension des combats à l’ensemble du pays poussent Dos Santos à prendre, à partir du 29 janvier 1999, les pleins pouvoirs. En février 2002, Jonas Savimbi est tué au combat. Un ultime accord de paix, signé le 4 avril 2002, ramène le calme dans le pays après vingt-sept années de conflit.

 

A LIRE AUSSI://L’EURO S’EFFONDRE FACE AU DOLLAR AMERICAIN: le franc CFA entraîné dans la chute de la monnaie européenne

 

Le président Dos Santos, profitant de la manne pétrolière et de l’arrivée des investissements étrangers, règne en maître sur la scène politique, face à une UNITA affaiblie par la mort de son leader. Les tensions politiques persistent (intimidations, violences et assassinats des opposants) et les élections sont constamment reportées. En septembre 2008, le parti du président remporte, avec plus de 80 p. 100 des voix, les élections législatives, les premières organisées depuis 1992. Mais l’élection présidentielle est à nouveau reportée. Une nouvelle Constitution, adoptée en 2010, met fin au suffrage universel direct : elle établit que le chef de l’État sera le leader du parti vainqueur aux élections. Une limite de deux mandats de cinq ans est instaurée ; mais, sans effet rétroactif, elle permet au président Dos Santos de rester encore dix ans au pouvoir. Ainsi, lorsque le MPLA remporte les élections législatives en août 2012, le président Dos Santos est automatiquement confirmé à son poste à la tête de l’État. Cependant, en février 2017, il annonce qu’il ne briguera pas de nouveau mandat. À l’issue des élections générales d’août 2017, le candidat du MPLA João Lourenço, ex-ministre de la Défense, remplace José Eduardo dos Santos à la tête de l’État, celui-ci conservant toutefois la direction du parti jusqu’au congrès du MPLA en septembre 2018.

 

HG/ Universalis

 

Commentaires

error: Content is protected !!