CÔTE D’IVOIRE/ DECRISPATION: voici pourquoi après Abidjan, Ouattara, Bédié et Gbagbo se retrouveront à nouveau à Yamoussoukro le 7 août

La célébration de la fête de la l’indépendance de la Côte d’Ivoire prévue à Yamoussoukro le 7 août prochain, permettra à Alassane Ouattara de rencontrer à nouveau ses prédécesseurs, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié. De grandes décisions en perspective.

 

La rencontre des dinosaures de la scène politique ivoirienne du 14 juillet dernier est en train de livrer des secrets. Si rien n’a filtré au cours du premier round, un second round est cependant prévu pour avoir lieu le dimanche 07 août prochain à la faveur de la célébration de la fête de l’indépendance, dans la capitale politique ivoirienne, Yamoussoukro.

 

A LIRE AUSSI://DIALOGUE POLITIQUE IVOIRIEN : Bédié, Ouattara et Gbagbo, une rencontre historique douze ans après la crise post-électorale 2010 

A cet effet, le Président Ouattara devrait, dans sa traditionnelle adresse à la Nation, annoncer d’importantes décisions prises dans le sens de l’apaisement du climat socio-politique dans le pays d’Houphouët Boigny. Cela pourrait expliquer le choix de Yamoussoukro, pour les festivités des 62 ans d’indépendance et ce second round de la rencontre des trois grands (Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo).

Au nombre de ces décisions qui viendront décrisper le marigot politique ivoirien, selon le journal panafricain Jeune Afrique qui fait cette révélation, Ouattara entend prendre une loi d’amnistie en faveur de l’ancien Président Laurent Gbagbo ainsi que les militaires impliqués dans la crise post-électorale de 2010-2011 et dont plusieurs sont emprisonnés depuis dix (10) ans et d’autres sont en exil.

A LIRE AUSSI://SANTE : la Coalition des Syndicats de la Santé projette un arrêt de travail à compter du 26 juillet prochain 

 

Pour rappel, Laurent Gbagbo a été condamné à 20 ans de prison en 2018 par la justice ivoirienne, dans l’affaire du braquage de l’agence nationale de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). C’était pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

Par ailleurs, d’autres prisonniers politiques issus des rangs de l’opposition dont ceux de la désobéissance civile liée aux contestations du troisième mandat de Ouattara en 2020, pourraient bénéficier également de grâce présidentielle.

 

HG    

Commentaires

error: Content is protected !!