CEDEAO/FORCE ANTI-COUP D’ETAT : Umaro Sissoco Embalo devient amnésique devant Macron et se fourre le doigt dans l’œil

La visite en Guinée-Bissau du Président Français Emmanuel Macron ce jeudi 28 juillet 2022, constituait la dernière étape de la tournée africaine qu’il a entamée au Cameroun avant de terminer dans ce petit pays de l’Afrique de l’ouest. A la conférence de presse de fin de visite, le Président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo, par ailleurs président en exercice de la CEDEAO, a annoncé le projet de création d’une force ouest-africaine anti-Coup d’Etat. ET pourtant…

 

Umaro Sissoco Embalo, Président bissau-guinéen et président en exercice de la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, (CEDEAO), a évoqué ce jeudi, un projet de création d’une force anti Coup d’Etat.
Selon lui, ce serait le seul moyen d’empêcher la prolifération des Coups d’Etat en Afrique car dit-il « Cela va permettre à tout le monde de savoir que nous sommes au 21e siècle où il est inadmissible et inacceptable de faire des coups d’Etat ». Non sans ajouter « il y a des processus à suivre pour devenir Chef d’Etat ».

A LIRE AUSSI://PRESIDENCE/SENAT/ASSEMBLEE NATIONALE/JUSTICE : les ivoiriens font de moins en moins confiance en leurs institutions

De quel « processus à suivre » parle ‘’le nouveau Umaro Sissoco Embalo’’, président de la CEDEAO depuis moins d’un mois ? Doit-on croire que, parce que devenu le président du syndicat des chefs d’Etat de la CEDEAO, le président de la Guinée Bissau ne se soucie plus de ce que les peuples des pays membres de la CEDEAO endurent comme souffrance par le fait des dictatures, des changements de constitutions et leurs effets désastreux etc ? S’il ne peut venir à l’esprit de tout citoyen de souhaiter urbi et orbi des coups d’état pour espérer apporter un mieux-être aux populations sous le joug des présidents africains sans vision, ni ambition nationale, cependant abonnés à la corruption, à l’appauvrissement des peuples pour lesquels ils ont pourtant prêté serment ; il faut, à corps défendant, admettre que les coups d’état restent les seuls et malheureux moyens par lequel un peuple peut trouver son salut quand des dirigeants en place piétinent et tripatouillent les lois fondamentales sous les yeux des occidentaux, tant que ces présidents vomis par leur peuple font le bonheur de la France, des Etats Unis etc.

A ce propos d’ailleurs, Umaro Sissoco Embalo ne déclarait-il pas, il y a peu, que les modifications de constitutions en vue de briguer un troisième mandat étaient aussi des formes de Coups d’Etat ? Mais aussi et surtout que « la CEDEAO est une organisation faible et hypocrite sans réel pouvoir et à la limite, elle est un gadget politique destinée à faire illusion. Tant que la CEDEAO sera incapable d’empêcher les Chefs d’Etat d’opérer des modifications constitutionnelles belliqueuses pour s’éterniser au pouvoir, personne ne pourra empêcher les militaires de s’inviter dans le débat politique ».
Moins de deux ans après, c’est le même Umaro Sissoco Embalo qui se dédit et prend fait et cause pour une CEDEAO des présidents et non des peuples tout en se présentant comme un farouche adversaire des militaires putschistes (NDLR : il appelle les autorités maliennes « junte ») en présence du ‘’parrain des chefs d’état de la CEDEAO’’, le président français. Un président français en visite en Guinée Bissau qui a même demandé à Umaro Sissoco Embalo d’enlever veste et cravate en plein bain de foule. Ce qu’a fait le nouveau président de la CEDEAO qui croyait là obtenir sa carte de membre du club très sélect des préfets de la françafrique.

Pourquoi Umaro Sissoco est-il devenu subitement amnésique, oubliant qu’il a lui-même regardé ces mêmes coups d’Etat comme le résultat des dictatures, des violations et manipulations tout azimutes des constitutions en Afrique de l’ouest ?

 

A LIRE AUSSI://MALI/SOKOLO/MOPTI/ KALUMBA : attaques ciblées contre les FAMA ; 48 Djihadistes et 15 FAMA tués, des dizaines d’interpelés, des armes récupérées 

Par ailleurs, qu’en est-il du protocole d’accord portant limitation des mandats présidentiels initié au sein de la CEDEAO et porté hier par le Président nigérien, Mohamed Bazoum ? Est-ce que les vigoureuses oppositions des présidents Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire (NDLR : il est à son troisième mandat et veut même faire un quatrième dès 2025), Macky Sall du Sénégal ( NDLR : il veut maintenant faire un troisième mandat), Faure Eyadema du Togo (NDLR : il est président depuis 2005) et Umaro Sissoco Embalo de la Guinée Bissau, nouveau Président de la conférence des chefs d’’Etat de la CEDEAO ont-ils eu raison de ce protocole d’accord devant limiter les mandats présidentiels ? Il faut croire que oui puisqu’il n’a pas été paraphé la 4 juillet dernier à Accra sous le mandat du Président Ghanéen. Depuis un autre président, notamment le Bissau Guinéen, Umaro Sissoco Embalo, lui a succédé. Depuis la CEDEAO semble avoir changé son fusil d’épaule pour viser non pas les troisième et quatrième mandats qui engendrent les coups d’état, mais les coups d’état militaires eux-mêmes. Comme quoi et avec Umaro Sissoco à la tête de la CEDEAO, les chefs d’Etat s’attaqueront non pas aux causes, mais aux effets.

 

A LIRE AUSSI://MALI/FRANCE : les autorités maliennes «exigent de Macron d’abandonner définitivement sa posture néocoloniale, paternaliste et condescendante…» 

 

Doit-on comprendre que le protocole d’accord portant limitation des mandats présidentiels initié au sein de la CEDEAO a-t-il été définitivement rejeté aux calendres grecques ? Certainement… Et dire que ce protocole ne coûtera pas un centime, ni perte de soldats déployés par la CEDEAO pour aller combattre un éventuel putschiste.
A l’opposé, la force anti Coup d’état, version Umaro Sissoco, va coûter d’une part des milliards de F CFA qui manquent cruellement à l’Afrique spolié par la France de Macron pour mettre ses enfants au travail et les nourrir décemment. D’autre part, il faut des troupes pour aller combattre les éventuels militaires putschistes qui eux non plus ne resteront pas sans se défendre. Ce qui va supposer des pertes en vie humaines dans chaque camp.
La Crise électorale de 2010 en Côte d’Ivoire est là pour enseigner Umaro Sissoco et sa force anti coup d’état qui ne sera rien moins que l’Ecomog brandi hier contre le régime de Laurent Gbagbo et qui est resté inopérante au moment de sa mise en oeuvre. Et pour cause.

 

A LIRE AUSSI://‘’BIENS MAL ACQUIS/ PROCEDURE JUDICIAIRE CONTRE LES BONGO’’ : Dominique Ouattara et AICI Internationale citées 

A LIRE AUSSI://JACQUES CHIRAC : “Nous avons saigné l’Afrique pendant quatre siècles et demi”

En effet, pourquoi le Nigéria et les autres pays de la CEDEAO qui avaient brandi la force Ecomog contre le régime FPI qui n’entendait pas laisser le pouvoir à Alassane Ouattara, n’ont pas pu passer à l’action ? A l’annonce de cette force ECOMOG qui devrait venir déloger ‘’les camarades FPI’’, le discours du bouclier humain a retenti comme réponse. Des voix concordantes au sein de la galaxie patriotique déclaraient qu’avant que « la force Ecomog n’intervienne en Côte d’Ivoire, il faut que la CEDEAO pense d’abord à rapatrier ses ressortissants en terre ivoirienne. A contrario ils serviront de bouclier humain ». Depuis plus personne n’a entendu parler de la force Ecomog.
C’est finalement à la France de Sarkozy que ce ‘’bébé d’intervention militaire’’ contre Laurent Gbagbo a été refilé. Et comme à un degré moindre en Lybie, où Mouammar kadhafi est passé de vie à trépas, le palais de Laurent Gbagbo a été bombardé par l’armée française. Le couple Gbagbo a été extrait et brandi comme un trophée au Golf par le clan Alassane Ouattara à qui on a offert le pouvoir d’Etat.
Aujourd’hui, il faut dire sans risque de se tromper que ce qui a été vrai en mars et avril 2011 en Côte d’Ivoire, ne peut plus l’être ni en Côte d’Ivoire, ni dans aucun pays d’Afrique.
C’est pourquoi Umaro Sissoco Embalo doit remuer 7 fois sa langue dans sa bouche avant de poudre un quelconque projet contre les coups d’état militaire sans au préalable prendre une résolution au sein de la CEDEAO interdisant les 3e et 4e mandats présidentiels.
…A bon entendeur…

A.Y

Commentaires

error: Content is protected !!