GBÊKÊ/LANGUIBONOU/CONFLIT A LA CHEFFERIE DE BOUKEBO : une plainte devant le tribunal de Bouaké, le feu couve

Décédé le 24 décembre 2018, la succession de feu Kouassi Koffi, ex-chef de Boukébo, entamée du mauvais pied, le 02 mai 2020, par des familles illégitimes et illégales est en passe de se transformer en un conflit ouvert. Déjà une plainte pour troubles à l’ordre public et voie de fait vient d’être déposé auprès du Procureur de la République de Bouaké. Les auditions et l’enquête de la situation sont menés par la gendarmerie de Botro.

 

En effet, suite à la guerre de succession née du choix “irrégulier et illégitime’’ de Koffi Koffi Cosma, actuel PCA de Palmafrique, comme chef de village de Boukébo, par les lignées Akpatou-Ossou et Affoue Oklou-Ossou en contradiction avec les us et coutumes de Boukébo, les chefs des villages de la région, avaient été invités le 27 juillet par le chef de village de Klèmèkro, par ailleurs Président des chefs de village de la Sous-préfecture de Languibonou.

Ce 27 juillet, ces honorables chefs traditionnels arrivés à Boukébo, dans le cadre de cette énième médiation dans cette crise de succession, sont humiliés : l’accès à la salle réservée pour la réunion qui devrait entendre toutes les parties en conflit leur est refusé par les jeunes des deux autres lignées commis à la tâche.  Le dénouement pacifique espéré par la lignée Klèmè-Ossou vole  alors en éclats.

Refusant cette autre tentative infructueuse de régler ce conflit de succession en famille, les jeunes de la lignée Klèmè-Ossou saisissent le Procureur de la République de Bouake. Un soit-transmis est adressé à la gendarmerie de Botro qui convoque les parties en conflit à l’effet de les entendre le 14 août dernier.

 

A LIRE AUSSI://Me NDRI CLAVER A PULCHERIE GBALET : « s’ils comprenaient que c’est pour eux que tu te bats…Tu as mon soutien » 

 

Le 14 août 2022, les parties convoquées ont été entendues et les résultats des enquêtes et autres auditions seront transmis au parquet de Bouaké. Même que ce 14 août, les jeunes, membres de la lignée Klèmè-Ossou invités à dire leur part de vérité ont été injuriés et bousculés par les membres des autres lignées.

 

En fait, comment Boukébo s’est engouffré dans cette crise de chefferie ?

 

Tout commence le 24 décembre 2018, quand feu Kouassi Koffi, ex-chef de Boukébo décède.

Le  02 mai 2020 après la levée de deuil, les lignées akpatou ossou (dont est issu l’ex- député Diby Kouassi Albert)  et Affoué oklou ossou choisissent un chef en la personne Koffi Koffi Cosma, actuel PCA de Palmafrique, membre de la lignée Klèmè-Ossou, et fils du défunt chef du village pour lui succéder. Pis, elles lui associent le 11 mai 2021 un intérimaire du nom de Dougba N’Guessan qui lui, devra demeurer en permanence au village. Piétinant à souhait le fait que de tout temps, c’est la lignée Klèmè-Ossou, d’où est issu le fondateur du village, qui désigne selon les us et coutumes le chef du village et le présente aux représentants des deux autres lignées, en premier ressort et à l’ensemble du village en dernier ressort. Il est aussi bon de signaler que la succession à la chefferie à Boukébo ne se fait pas de père en fils.

 

La procédure illégitime dénoncée et récusée par la Lignée Klêmê Ossou

 

Le 2 mai 2020, après la levée de deuil du chef défunt, deux lignées  Akpatou-Ossou et Affoué Oklou-Ossou, en dehors de toute procédure en vigueur désignent un chef : M. KOFFI Koffi Cosma, fils du chef défunt et l’imposent à la lignée habilitée (Klèmè-Ossou).

« Pendant longtemps M. Koffi Koffi Cosma a fait savoir que compte tenu de ses obligations professionnelles et de ses dispositions, il n’était pas intéressé par l’exercice de la chefferie », notent les cadres de Klêmê Ossou.

Le 11 mai 2021, contre toute attente, M. KOFFI  Koffi Cosma et ses soutiens des lignées Akpatou-Ossou et Affoué Oklou-Ossou  imposent  M. DOUGBA N’guessan, planteur à Daloa, comme chef intérimaire et le présentent sur la place publique du village.

Le 26 juin 2021, la lignée Klèmè-Ossou se réunit et décide  de s’y opposer après avoir fait intervenir les Chefs cantons.

C’est le début d’une lutte acharnée qui va connaître un tournant le 6 novembre 2021 à Bouaké au domicile de M. Diby  Kouassi Albert ex-député, chef de la lignée Akpatou-Ossou et en présence de M. ASSAHORÈ Konan Jacques (DG du Trésor et de la Comptabilité Publique et Député actuel de Diabo-Languibonou), sollicité comme médiateur pour la circonstance.

Ce jour-là, sous la poussée des représentants de la lignée Klèmè-Ossou, le chef imposé (KOFFI Koffi Cosma) se rétracte et décide de renoncer au poste en ramenant le processus de désignation du chef au sein de la lignée habilitée. Etant lui-même de la lignée Klèmè-Ossou, il accepte de participer au processus de désignation et surtout d’accompagner celui qui sera finalement retenu, si ce n’est pas lui.

Le 28 janvier 2022, contre toute attente, celui qui a renoncé au poste deux mois plus tôt, renonce à la réunion de désignation initiée par la lignée Klèmè-Ossou  malgré toutes les garanties de participation données par sa maman et lui-même. Il est soutenu en cela par ses mandants des deux autres lignées.

 

A LIRE AUSSI://CÔTE D’IVOIRE : après une nuit à la police, Pulchérie Gbalet vient d’être mise sous mandat de dépôt et conduite à la MACA

 

Qu’à cela ne tienne, la réunion a lieu et connait une participation record avec plus d’une centaine de personnes (tous les sages, les cadres, les femmes, les jeunes de la lignée Klèmè-Ossou). M.  Konan Kouamé  Antoine, Conseiller d’éducation  à  la  retraite est désigné à l’unanimité comme Chef du village par la lignée Klèmè-Ossou. Il est le dernier fils de la dernière fille du défunt patriarche ANGAHAN KLEME, fondateur du village de Boukébo.

Un PV de la réunion est adressé à l’autorité administrative avec accusé de réception.

Une semaine plus tard, le chef imposé, Koffi Koffi Cosma, toujours récusé par la lignée Klèmè-Ossou arrive au village, se dédit et soutient à nouveau qu’il demeure toujours le chef. Mieux il se choisit des notables contre espèces sonnantes et trébuchantes.

Les Cantons que la lignée  Klèmè-Ossou avait auparavant conviés à la médiation sont à nouveau saisis et reviennent dans le jeu. Ils décident au bout de leurs concertations de trancher en convoquant toutes les composantes de la lignée Klèmè-Ossou en conflit.

Après plusieurs promesses, M. Koffi Koffi Cosma ne répondra pas à la sollicitation des chefs cantons. Au contraire, vers fin juin 2022, il organise à son domicile au village, avec ses soutiens des deux autres lignées  Akpatou-Ossou et Affoué Oklou-Ossou, une cérémonie au cours de laquelle il remet une ambulance au centre de santé et un véhicule type 4×4 à son intérimaire récusé par la lignée Klèmè-Ossou.

Les chefs cantons ne baissent pas les bras. Et le 27 juillet dernier,  ils envoient une délégation au village pour poursuivre la médiation.  La rencontre avec les trois lignées a été fixée pour le mercredi 27 juillet 2022 au foyer du village.  Au jour indiqué, des soi-disant jeunes à la solde de l’ex-député et de M. Koffi Koffi décident d’empêcher l’accès au foyer polyvalent en confisquant les clefs. Finalement la rencontre n’a pu se tenir. Les deux autres lignées (Akpatou-Ossou et Affoué Oklou-Ossou ) ne se sont pas présentées, au grand regret de la lignée Klèmè-Ossou.

 

C‘est à leur corps défendant que la jeunesse de Klèmè-Ossou décide de porter l’affaire devant les tribunaux avec une plainte adressée à Monsieur le Procureur de la République à Bouaké.

 

A.Y

 

Commentaires

error: Content is protected !!