RACHAT DE BICICI (BNP) : le consortium ivoirien (BNI, CGRAE, CNPS et caisse des dépôts) en passe de gagner son pari

Le consortium étatique formé par BNI, CGRAE, CNPS et la Caisse des dépôts est actuellement en pole position pour racheter la Banque internationale pour le commerce et l’industrie de Côte d’Ivoire (BICICI), filiale du groupe bancaire français BNP Paribas. Une opération qui pourrait s’élever à plus de 80 milliards de francs CFA.

 

Le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara Alassane Ouattara est en passe de réussir son pari. Le rachat de la Banque internationale pour le commerce et Banque internationale pour le commerce et l’industrie de Côte d’Ivoire l’industrie de Côte d’Ivoire (BICICI), filiale du groupe bancaire français BNP Paribas BNP Paribas, pourrait être sur le point d’aboutir.

 

A LIRE AUSSI://CONSEIL DES MINISTRES : neuf décrets actent la réforme hospitalière, ouverture des cités universitaires d’Abobo, Port-Bouet et la construction de nouvelles à Bouaké, Cocody..

 

Pathé Dione, le fondateur du groupe de bancassurances Sunu, qui figurait parmi les favoris, s’est, selon nos informations, retiré de la course. Celui qui possédait pourtant déjà 19 % des parts de BICICI a signifié aux autorités ivoiriennes son souhait de se désister lors d’un tête-à-tête avec Tiémoko Meyliet Koné, le vice-président de la Côte d’Ivoire, qui s’est tenu début septembre. Sunu, qui a repris pour environ 50 milliards de francs CFA (76,5 millions d’euros) la filiale sénégalaise – BICIS – de la BNP, devrait se concentrer sur la fusion de ses actifs bancaires.

Constituer un fleuron national

Un retrait qui ouvre un boulevard au consortium ivoirien formé par la Banque nationale Banque nationale d’investissement d’investissement (BNI), la Caisse générale de retraite des agents de l’Etat (CGRAE) et la Caisse des dépôts et la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS). Ce dernier devrait mettre sur la table près de 80 milliards de francs CFA (122 millions d’euros).

Traditionnellement, la BNP cède ses filiales pour le double des leurs fonds propres. En Côte d’Ivoire, à fin 2021, ceux de la BICICI étaient estimés à 71 milliards de francs CFA (108 millions d’euros). Après la finalisation de la transaction, l’Etat ivoirien envisage de fusionner la BICICI à la BNI, devenue le fleuron national du secteur bancaire ivoirien en franchissant la barre des 1 200 milliards de francs CFA pour le bilan pour l’exercice 2021. Youssouf Fadiga, le directeur général de la BNI, a pris les rênes du groupe bancaire public en 2018, après un passage au ministère du budget en qualité de conseiller spécial chargé des privatisations et de la gestion des participations de l’Etat.

 

A LIRE AUSSI://CAMPAGNE CAFE-CACAO : les sociétés et coopératives agréées pour l’exportation café–cacao désormais connues

 

Un dernier candidat à l’affût De son côté, le groupe Atlantic Financial Atlantic Financial Group (AFG) du magnat Bernard Koné  Dossongui Dossongui n’a pas fait acte de candidature et se concentrera sur sa nouvelle banque, AFG, en attente d’un agrément. Simon Tiemtoré, le président de Vista Bank , reste, quant à lui, en embuscade. Priorité du président ivoirien, Ouattara avait mis sur pied une task force chargée de superviser le dossier (AI du 07/06/22). Cette dernière était notamment composée du chef du gouvernement Patrick Achi ainsi que du ministre de l’économie, Adama Coulibaly/

 

Africa Intelligence

 

 

 

Commentaires

error: Content is protected !!