BURKINA FASO : revendications militaires ou Coup d’état ? La présidence de la transition, théâtre des opérations, le Burkina retient son souffle


Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5211

La situation Burkinabè devient inquiétante, des bruits de bottes suivis des coups de feu  ont été entendus ce vendredi 30 septembre 2022 depuis l’aube dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, près de la présidence et le Camp de Baba Sy. La situation reste confuse pour l’instant.

 

En effet, ce vendredi 30 septembre 2022, des tirs ont été entendus ce matin à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, dans les environs du palais présidentiel de Kossyam et le camp de Baba Sy. « Selon un proche du président de la transition cité par jeune Afrique, le lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba va bien. A l’inverse d’autres sources clament que celui-ci est aux arrêts.  Le signale de la Radio Télévision du Burkina (RTB) est coupé depuis. Son siège est encerclé depuis la nuit dernière par des militaires, selon l’un des responsables de ce média qui demande à ses collaborateurs de ne pas s’y rendre pour le moment. Des véhicules blindés seraient aussi positionnés autour de la primature», a indiqué RFI.

 

A LIRE AUSSI://CEDEAO/MISSION/HAUT NIVEAU/ MALI: les Présidents Nana Akufo-Addo, Faure Gnassingbé et Adama Barro seront enfin au Mali; Macky Sall abandonne 

 

Des hommes de forces armées sont aux alentours entre la Primature et le rond-point des Nations Unies. Plusieurs véhicules militaires ont été stationnés vers le quartier Ouaga 2000.

Le Camp qui héberge le quartier général du MPSR, la transition au pouvoir du président Paul-Henri Sandaogo Damiba depuis son arrivée en janvier a été la zone du théâtre des tirs. Ces environs sont bloqués par « des forces de l’ordre lourdement armées entre le Rond-point des Nations Unies et la Primature » a informé un témoin

«Selon une source sécuritaire, il s’agirait de« revendications» sans donner de précisions, cette source souligne toutes qu’on ne sait pas comment cela pourrait se terminer.» explique le correspondant de RFI à Ouagadougou, Yaya Boudani.

Le lieutenant Colonels Yves Didier Bamouni serait l’homme à la manœuvre sur le théâtre des opérations depuis 4heures du matin.  L’objectif premier a été la libération du  lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana  qui depuis 7 mois était en prison. Depuis janvier 2022 , le Lieutenant-Colonel Emmanuel Zoungrana est en prison pour des  règlements de comptes politico-militaires. Accusé de complot, il est emprisonné avant que le groupe du Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA  ne passent à l’action  pour leur prise de pouvoir, le 24 janvier 2022.

Si cette gronde aboutissait à un coup d’état consommé, qui du lieutenant Colonel Yves Didier Bamouni , né dit on en Côte d’Ivoire,  et du lieutenant-Colonel Emmanuel Zoungrana, sorti de prison sous l’action du premier deviendrait l’homme fort du Burkina Faso ce vendredi 30 septembre.   Qui vivra verra.

 

A LIRE AUSSI://SANCTIONS CEDEAO /GUINEE : l’axe Bamako-Conakry contre la CEDEAO se renforce ; le Mali dit « NON » aux sanctions contre la Guinée 

 

Au demeurant, le Président du Faso, Chef suprême des Forces armées nationales, le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA, invite, dans un communiqué diffusé par ses services de communication : « au regard de la situation confuse créée suite à un mouvement d’humeur de certains éléments des Forces armées nationales  ce vendredi 30 septembre 2022 à Ouagadougou, invite les populations à observer la plus grande prudence et de rester calme face à certaines informations qui circulent notamment sur les réseaux sociaux. Des pourparlers sont en cours pour ramener le calme et la sérénité. L’ennemi qui attaque notre pays ne souhaite que la division entre Burkinabè pour accomplir son action de déstabilisation”. “Restons unis pour le triomphe de la paix et de la sécurité », a conclu le communiqué.

Aux dernières nouvelles, des forces spéciales d’un pays tiers seraient en déploiement au Burkina afin de porter secours à la transition militaire du lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA…

Il faut noter que cette gronde de la grande muette intervient après l’attaque des djihadistes contre le convoi de ravitaillement de Gaskindé (Djibo) du 26 septembre dernier. Une attaque qui a fait plusieurs dégâts matériels et des pertes humaines, dont 11 militaires  et une cinquantaine de civils portés disparus.

 

Rédaction

Commentaires

error: Content is protected !!