L’AN 1 DU PPA-CI : CEI, ‘’46 soldats ou mercenaires’’, coups d’état civils et militaires dans la francophonie…Gbagbo parle….larges extraits d’un discours


Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5211

Un an déjà que le Parti des Peuples Africains Côté d’Ivoire (PPA-CI) a été créé. Pour le premier anniversaire du PPA-CI, l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, a présidé ce lundi 17 octobre 2022, un secrétariat général extraordinaire à la salle Lougah François du Palais de la Culture. Selon Damana Pickass, le secrétaire général de cette formation politique, l’ex-chef d’État est le cheval sûr pour le PPA-CI. « Il n’y a pas d’alternative. En 2025, le président Laurent Gbagbo est notre candidat », a-t-il poursuivi. Cette session du secrétariat extraordinaire a donné  l’occasion à Laurent Gbagbo de faire le tour de l’actualité nationale et internationale : la vie du PPA-CI, son entrée à la CEI, les 46 « soldats ou mercenaires » encore détenus  au mali. Morceaux choisis

 

ENTREE DU PPA-CI A LA CEI

(…) Il nous faut continuer à travailler. Secrétaire Général, Président exécutif, continuons à implanter le Parti. Il faut que d’ici la fin de cette année, nous ayons fini l’implantation. Il faut que d’ici la fin de cette année, nous ayons achevées les élections des Secrétaires généraux de comités de base, de sections, des fédérations et des membres du comité central. Il faut que les deux ligues fassent également les élections. Quant à moi, je vais m’assurer que les deux femmes que j’ai nommées à la tête de la Ligue des Femmes et des Jeunes ne restent pas dans la nature. Mais elles ne vont pas faire comme quelques CEI que je connais en organisant des élections et être en même temps candidates. Donc je compte sur vous mesdames.

”Quand une erreur dure trop longtemps, on se demande si ce n’est pas une faute déguisée”.

Il faut que  le député et  Vice-Président Georges-Armand Ouégnin continue sa lutte pour notre intégration à la CEI. Il n’est pas normal qu’on continue à regarder cette injustice prospérer. J’espère que c’est une erreur comme le Ministre (NDLR: Vagondo)  te l’a dit. Tu as rendu compte, j’ai entendu. Mais quand ça dure trop, on se pose des questions. Quand une erreur dure trop longtemps, on se demande si ce n’est pas une faute déguisée. Donc il faut continuer.

J’avais demandé aussi à Massani de mettre sur pied une équipe pour prêcher partout une élection sans violence. Il faut que cette voix-là ne s’arrête pas. Il faut que ta voix ne s’éteigne pas et que tu continues de prêcher partout que la Côte d’Ivoire doit atteindre le stade où elle organise une élection sans violence.  Président Ouégnin, il faut continuer, il faut continuer.

 

A LIRE AUSSI://PDCI-RDA: révision de la liste électorale, intention de candidature, hommage à Houphouët-Boigny, les délégués départementaux et communaux convoqués 

 

COUP D’ETAT ET TROISIEME  MANDAT

Mes chers amis, il faut qu’on s’arme pour la lutte pour la démocratie. Il faut qu’on prenne courage. Regardez  ici, il y a aujourd’hui  en Afrique de l’Ouest, la Guinée, le Burkina-Faso, le Mali où il y a eu des coups d’Etats. Mais ce sont 03 pays francophones.  Nos deux seuls voisins, à nous, où il n’y a pas eu de coups d’Etats  sont le Liberia et le Ghana. Ils sont deux pays anglophones. Les 03 pays où il y a eu des coups d’Etats, ce sont des pays francophones. Mais il faut que la francophonie s’interroge. Pourquoi nous, francophones, sommes sujets aux coups d’Etats ? Pourquoi ? Et on va trouver des raisons. Rien n’arrive sans explications. L’explication, on l’a ou on ne l’a pas, mais elle existe. J’avais déjà dit, une fois que je parlais à Mama, le coup d’Etat militaire existe.  Mais il y a aussi le coup d’Etat civil. Le Premier ministre malien l’a bien de façon pus amplifiée à l’ONU.

”Les coups militaires sont souvent des réponses aux coups d’Etats civils”

Il a dit c’est l’art de se dribbler en gardant le ballon…Rires… Mais je veux dire, tout ça ce sont des coups d’Etats. Et si on ne regarde que des coups d’Etats militaires, sans regarder des coups d’Etats civils, on ne va pas comprendre pourquoi il y a des coups militaires. Parce que les coups militaires sont souvent des réponses aux coups d’Etats civils. Je dis souvent. Si la constitution dit que tu as 02 mandats à faire, mais fais-les et vas t’asseoir. Il y a une chose que je ne comprends pas, il y en a qui disent que je n’ai pas finis mon programme. Mais en politique on ne finis pas de programmes. Parce que les programmes que vous concevez avant d’arriver au pouvoir, quand vous les mettez en pratique, leurs conséquences et les conséquences de leurs conséquences sont longues. Donc si vous voulez attendre de finir les conséquences des conséquences de vos programmes, vous allez rester au pouvoir toute votre vie. Et en le faisant, c’est la dictature. Donc ce n’est pas la peine d’être au pouvoir toute la vie.

 

A LIRE AUSSI://BURKINA FASO : les burkinabés ont choisi le capitaine Ibrahim Traoré, président de la transition, chef de l’Etat du Faso 

 L’AFFAIRE DES 46 MILITAIRES DETENUS AU MALI :

“Il faut demander au Président Assimi Goita de penser à sa fraternité d’armes avec ceux qui sont en prison là-bas,  que certains appellent des frères d’armes, d’autres des mercenaires. Nous n’avons pas les éléments pour apprécier.  Mais surtout, il faut que le Président Faure Gnassingbé du Togo, qui est accepté comme médiateur, par les uns et par l’autre, redouble d’efforts et comprenne que ceux-là sont des envoyés. Ils sont des envoyés et c’est celui qui envoie qui a la plus grande responsabilité.

”Quand tu envoies, tu dois pouvoir dire clairement, si ça tourne au vinaigre, pourquoi tu as envoyé un tel, pour faire quoi, dans quel délai, clairement”

Oui, celui qui envoie, c’est lui qui a la plus grande responsabilité. Quand tu envoies, tu dois pouvoir dire clairement, si ça tourne au vinaigre, pourquoi tu as envoyé un tel, pour faire quoi, dans quel délai, clairement. Donc c’est sur ça que je voudrais, qu’au PPA-CI, nous puissions, dans les mois prochains, envoyer une ou trois délégations en Guinée, au Burkina Faso, à Bamoko pour nous informer sur place. Une fois, comme nous n’avons pas les manettes de l’exécutif, on ne peut rien faire d’autres.   Au moins on comprendra ceux qui disent qu’ils sont mercenaires. On comprendra ceux aussi qui disent qu’ils sont soldats. Si nous pouvons, oui si nous pouvons, nous demanderons que celui qui est envoyé ne subisse pas un sort plus lourd que celui qui a envoyé”.

 

A LIRE AUSSI://AFRIQUE-FRANCE: Paris interdit Nathalie Yamb d’entrée et de séjourner sur le territoire national

 

LE PANAFRICANISME

“Vous avez vu nos frères camerounais qui sont là. Ils vont me donner l’occasion de dire un mot sur le panafricanisme, avant de clore mon propos. Moi j’étais petit, on avait vers 17 ans, 18 ans, quand j’ai rencontré le livre de Kwamé N’krumah « l’Afrique doit s’unir ». J’ai pris le livre et je l’ai dévoré en quelques minutes… Mais après j’ai réfléchi et c’est là que je me suis rendu compte que N’krumah avait fait ses études aux Etats-Unis et que ce n’est pas rien dans la formation de sa pensée politique. Parce que comme je vous l’ai dit, une fois, je vais en Chine en visite officielle, on lève le drapeau de Côte d’Ivoire, je suis au garde -à –vous à côté du Président chinois, on joue l’hymne nationale de Côte d’Ivoire puis l’hymne national chinois. Mais je ne suis pas un idiot. Les gens viennent, ils me saluent, se courbent, on rentre dans la salle de Gala. Je me dis qu’il y a quelque chose. Les chinois, ils sont un milliard cinq cent millions d’habitants. Nous en Côte d’Ivoire sommes 20 millions. Eux, sur le plan de l’industrie, du commerce extérieur,  de l’agriculture, ils sont loin devant. La Côte d’Ivoire n’est rien par rapport à la Chine. Même au niveau de l’armement, on n’a même pas le millième de ce qu’ils ont. En allant en Chine, je suis passé en Inde. L’inde c’est 1 milliard 300 millions d’habitants. Vous voyez, c’est là qu’il faut que les États Africains fassent attention. Regardez la Gambie, un pays que tu peux traverser à vélo.  Mais c’est un pays, qui a une voix à L’ONU. Evidemment, les puissants ont trouvé un système pour dire que  les vainqueurs de la guerre ont un droit de veto, pour ne pas trop nous vexer. Mais les vainqueurs de la guerre, comme par hasard, ce sont la Chine, les USA, la France, la Grande-Bretagne et la Russie”.

”Il nous faut faire des efforts pour qu’on puisse être capables d’avoir un poids”

“A l’ONU tu peux parler trois heures et si un seul met son veto, c’est rejeté. On retire purement et simplement. Il nous faut faire des efforts pour que l’Afrique puisse être capable d’avoir un poids. Mais regardez la Côte d’Ivoire et le Ghana. Les deux pays ont 60 % du cacao mondial.  Mais nous ne sommes même pas d’accord pour agir et essayer d’imposer un prix de vente. Comme nous ne sommes pas capables, c’est le prix d’achat qui s’impose à nous. Alors que si la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Cameroun se mettent ensemble sur le cacao, nous pouvons avoir des prétentions dans la fixation des prix de vente. Mais, même ça, il y a d’autres forces souterraines qui circulent et qui font que nous ne pouvons pas  nous mettre d’accord. C’est pour ça j’insiste sur le Panafricanisme. Regardez la CEDEAO, au lieu de prendre des sanctions, contre un tel pays parce qu’il a fait un coup d’Etat, elle aurait pu œuvrer pour que les pays se mettent d’accord pour avoir des Institutions communes et faire une politique commune. Frères, ce n’est pas le temps de pleurer, c’est le temps de trouver de nouvelles politiques pour aller de l’avant. Mais si tu laisses le Libéria, la Sierra Léone et la Guinée Bissau, ils vont faire 50 ans, ils vont rester comme ça. Ils vont faire 100 ans, ils vont rester là.

Parce que rien n’impose une politique nouvelle commune, rien, rien. Vous comprenez. La ville de New-York seule est plus riche que le Libéria. Si tu vas en visite officielle là-bas, ils vont te recevoir, mais comme on reçoit un roi nègre. C’est pourquoi, pour quitter l’ignominie, la honte, pour ne plus être des « rieneux », je souhaite que nous nous  rassemblions. J’avais proposé à la CEDEAO une politique de transport, j’étais en train de la faire quand on m’a arrêté. Il faut faire des politiques communes. On est là, on dit que le Nigeria est trop grand. Mais en réalité, ils sont quoi ? Les pays les plus grands d’Afrique, il y a l’Égypte, le Nigeria, l’Angola, la RRDC, l’Afrique du Sud, mais sur le plan mondial, qu’est-ce qu’ils donnent individuellement ? Rien.

Camarades réfléchissons, il faut que nous allions résolument vers une coalition de nos Etats pour coaliser nos économies et pour sortir du trou. Sinon nous serons dans le trou pour longtemps. Si nous ne faisons  pas d’efforts pour être ensemble, ça va être difficile”

 

Une sélection de A.Y

Commentaires

error: Content is protected !!