CÔTE D’IVOIRE/BONNE GOUVERNANCE DES ENTREPRISES PUBLIQUES: le regard de l’auditeur interne


Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5211

« Quelle contribution efficace de l’Audit Interne dans la bonne gouvernance des entreprises publiques de Côte d’Ivoire ? ».  C’est le thème principal autour duquel l’Amicale des responsables d’Audit interne des entreprises publiques de Côte d’Ivoire sera portée sur les fonts baptismaux. Tout commence par une  conférence publique qui se tiendra le jeudi 03 novembre à la rotonde de la cité financière du Plateau. Elle sera suivie, le samedi 05 novembre à l’Hôtel Mirabel sis à Cocody Riviera Palmeraie, par une assemblée générale constitutive et élective. Jacques K. Koffi, Directeur d’audit interne dans une entreprise publique de la place, Président du comité d’organisation de ces assises a répondu aux questions de CIVNEWSAFRIK.NET. Entretien

 

Civnewsafrik.net:  Dites-nous c’est quoi l’audit interne ?  Et c’est quoi  l’entreprise publique ?

Jacques K. Koffi:  Nous vous remercions pour l’intérêt que vous accordez à nos deux événements que nous organisons dans la première semaine de novembre 2022 dont la grande conférence publique du jeudi 03 novembre 2022 à partir de 09h30 à la salle de conférence de la rotonde de la cité financière à Abidjan – Plateau. Ce thème principal rassemblera des invités de qualité des entreprises publiques, à savoir, les Présidents des Conseils d’Administration, les Administrateurs, les Directeurs Généraux et les Responsables d’Audit Interne. La conférence reste ouverte également à toute personne intéressée par ledit thème.

L’objectif majeur de cette conférence est de réunir en un même lieu, pour des échanges fructueux, les acteurs ci-dessus cités en vue de favoriser un rapprochement entre eux, d’une part ; et une synergie dans l’administration des entreprises publiques de Côte d’Ivoire, d’autre part.

Nous ne pouvons donner une définition personnelle de l’Audit interne ou la modifier parce qu’elle est normée et donc consacrée. Elle relève des normes internationales pour la pratique de l’audit interne. Nous dirons donc que l’audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée.

L’audit interne aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de management des risques, de contrôles, et de gouvernance, et en faisant des propositions pour renforcer leur efficacité.

En définitive, l’audit interne contribuent à l’amélioration et à l’optimisation des performances globales de l’organisation. Il permet d’accroître et préserver la valeur de l’organisation en donnant avec objectivité une assurance, des conseils et des points de vue fondés sur une approche par les risques. Son champ d’actions couvre l’ensemble des activités de l’entreprise et de manière stricto-sensus, les processus de gouvernance de l’organisation, de management des risques et de contrôles.

Quant à l’entreprise publique, sous réserve de définition consacrée ou mieux élaborée, elle est une entreprise appartenant en totalité ou en majorité à l’Etat. Selon les cas, l’Etat peut exercer directement ou indirectement une influence dominante du fait de la propriété ou de la participation financière. Comme entreprises publiques, il faut citer les sociétés d’Etat dont le capital est entièrement détenu par l’Etat, les sociétés où l’Etat participe majoritairement au capital, les sociétés où l’Etat dispose de la majorité des voix dans les organes de décision, les sociétés où l’Etat peut désigner plus de la moitié des membres de l’organe de direction, d’administration ou de surveillance.

 

 Civnewsafrik.net: Pourquoi l’audit interne dans une entreprise publique ? Et qui est l’auditeur interne ?

JKK : Fonction indépendante qui bénéficie d’un double rattachement (rattachement fonctionnel et rattachement administratif) au regard des normes, l’audit interne dans les entreprises publiques obéit à une nécessité de contrôle et d’amélioration des activités et des processus de l’organisation. Précisons ici que l’organisation est bien l’entreprise.

L’audit interne aide les membres de l’organisation à exercer efficacement leurs responsabilités. Attention, l’audit interne n’est pas à confondre avec la fonction de l’inspection et de contrôle interne. Partant, l’auditeur interne est la personne qui exerce la fonction d’audit au sein de l’entreprise. Il travaille pour l’entreprise et aide les dirigeants sociaux à atteindre les objectifs fixés, suivant une approche systématique et méthodique pour évaluer les processus de gouvernement d’entreprise, de management des risques et de contrôle interne, tout en formulant des recommandations pour renforcer leur efficacité.

L’auditeur interne a la responsabilité de se conformer aux exigences normatives de la profession et doit travailler dans le cadre d’un mandat (charte d’audit interne). Dans le respect des principes, l’auditeur interne doit être indépendant et doit travailler avec objectivité. Il doit réaliser ses missions avec compétence, conscience professionnelle et confidentialité. L’auditeur interne doit être perçu positivement comme un médecin qui aide le malade à mieux diagnostiquer son mal. Par la suite, il lui prescrit une ordonnance en vue des soins appropriés pour sa guérison.

 

Civnewsafrik.net: Quel est le cahier des charges de l’auditeur interne ? De quel pouvoir dispose-t-il face aux directeurs généraux et PCA de l’Entreprise publique ?

JKK: Parlant de cahier des charges, nous pouvons dire que les missions de l’audit interne sont consignées dans la charte d’audit interne. Cette charte élaborée en conformité aux exigences normatives et approuvée par le Conseil d’Administration, donne mandat à l’audit interne d’exercer pleinement ses missions d’assurance et de conseil. Sur l’assurance, dans le respect des principes d’indépendance, d’objectivité, de confidentialité, d’intégrité et de compétence, l’audit interne permet à l’organisation de s’assurer que les activités sont gérées de manière efficace et efficiente conformément aux normes et standards en la matière. Les missions de conseil doivent également se réaliser selon mêmes principes. La mission et les pouvoirs de l’audit interne sont contenus dans la charte d’audit interne.

Pour sa mission, l’audit interne aide l’organisation à atteindre ses objectifs en évaluant, par une approche systématique, méthodique et rigoureuse, ses processus de gestion des risques, de contrôle interne et de gouvernance d’entreprise, et en faisant des recommandations pour renforcer leur efficacité. Sur les responsabilités de l’audit interne, nous citerons entre autres la réalisation de missions d’audit et la rédaction des rapports d’audit, la transmission des rapports d’audit au Comité d’Audit et au Directeur Général, la transmission d’un rapport annuel au Comité d’Audit sur les activités de l’audit interne, la coordination des missions d’audit externes au sein de l’entreprise, le maintien de ses connaissances et de ses compétences, la participation aux réunions du Comité d’Audit, le maintien d’un programme d’assurance qualité et la réalisation d’une  évaluation externe d’assurance qualité des activités de l’audit interne tous les trois ou cinq ans, la  surveillance des autres fonctions de contrôle et de surveillance, l’assistance au Comité d’Audit dans le cadre de l’exécution de ses obligations et de l’acquittement de ses responsabilités.

Au-delà des responsabilités, signalons que l’auditeur interne a un libre accès aux informations de la société lors de ses missions et a également une relation directe avec le conseil d’administration. Son embauche et sa révocation obéissent à une autorisation du conseil d’administration. Aussi, sa rémunération doit être approuvée par le conseil d’administration. L’application des exigences normatives permet une protection de l’auditeur interne dans l’exercice de ses fonctions. Seulement, nous invitons l’auditeur interne à collaborer en toute intelligence avec sa hiérarchie.

 

Civnewsafrik.net: Quel est le rapport dynamique entre l’audit interne et la bonne gouvernance ?

JKK:  Nous proposerons une définition de la gouvernance et une autre de la bonne gouvernance. Pour notre part, la gouvernance pourrait désigner les processus et les structures conçus pour aider l’organisation à atteindre ses objectifs. La bonne gouvernance, quant à elle, pourrait être l’application d’un ensemble de mesures et de règles qui permettent d’assurer le bon fonctionnement de l’entreprise.  Au-delà du bon fonctionnement des organes de l’entreprise, certains éléments sont à apprécier, à savoir, la saine gestion des ressources financières et matérielles, la sécurisation des emplois, le développement humain, la production d’informations financières sincères et fiables, la gestion des risques efficace, l’appétence aux contrôles et la mise en œuvre des recommandations, la promotion des valeurs et de l’éthique dans l’entreprise. Nous avions indiqué que l’audit interne donne avec objectivité une assurance, des conseils et des points de vue sur l’efficacité et l’efficience des processus de management des risques, de contrôle interne et de gouvernance. Lorsque les recommandations des audits réalisés sont efficacement mises en œuvre, les résultats obtenus confirmeront naturellement une bonne gouvernance de l’entreprise, des risques maitrisés sur les processus et activités, et un dispositif de contrôle interne efficace.

 

Civnewsafrik.net: Malgré le recours aux auditeurs internes, pourquoi les malversations importantes sont-elles si fréquentes dans les entreprises publiques ? 

JKK: Nous avouons que nous n’avons pas tous les contours de cette préoccupation et nous ne saurons faire le procès des entreprises publiques, encore moins des dirigeants.  Néanmoins, nous pourrons éventuellement spéculer sur quelques raisons d’ordre général, à savoir, l’inefficacité du dispositif du contrôle interne, l’absence de contrôles des activités, la non mise en œuvre des recommandations des audits, l’absence de procédures, le non-respect des procédures et l’absence de gestion des risques.

 

Civnewsafrik.net: Les entreprises publiques ivoiriennes comptent combien d’auditeurs internes et depuis quand elles utilisent des auditeurs internes ?

JKK: Nous ne pourrons répondre avec exactitude car n’ayant pas de données officielles. Cependant, nous pouvons indiquer sans risque de nous tromper, que la plupart des entreprises publiques ont au moins un auditeur interne.

 

Civnewsafrik.net: Nonobstant cette présence d’auditeur interne en son sein, l’entreprise publique ivoirienne est comme atteinte d’une gangrène incurable : les malversations.  Pourquoi ?

JKK: Heureusement que vous n’êtes pas affirmatif dans votre constat. Il nous semble que cette préoccupation est examinée avec une attention particulière au plus haut niveau de l’Etat de Côte d’Ivoire avec le renforcement des structures de contrôles des entreprises publiques. Seule la régularité dans les contrôles, la mise en œuvre de recommandations pertinentes dans un environnement marqué par une volonté d’amélioration permettront de limiter cette situation.

 

Civnewsafrik.net: Que fera une amicale (qui n’est pas un syndicat) des auditeurs internes là où l’auditeur interne semble désarmé, n’arrive pas à remplir ses obligations professionnelles, et n’est pas suivi dans ses recommandations ?

JKK: La nécessité d’une amicale aujourd’hui répond à un besoin d’union et de partages. Il s’agit pour nous de renforcer surtout nos capacités par le partage des expériences, des bonnes pratiques, des techniques et outils, et par les séminaires de formation. Aussi, il s’agit d’être une force de propositions et de promouvoir la solidarité entre les membres. Nous voulons signaler à toutes fins utiles que notre association n’est pas un syndicat et cela reste un choix. Nous ne créons pas cette association pour rentrer en conflit avec nos hiérarchies. Aussi, il faudra noter que la négociation ou la diplomatie ne sont pas des armes strictement réservées aux syndicats pour l’amélioration des conditions de travail. Nous insistons sur la qualité de la collaboration avec nos hiérarchies qui doit être empreinte de confiance, de facilité dans la réalisation des missions et d’amélioration des processus de l’organisation par la mise en œuvre des recommandations.

Nous voulons insister également pour dire que lorsque les travaux de l’auditeur interne ne sont pas pris en compte par la hiérarchie, c’est malheureusement et souvent que les auditeurs externes viennent exposer les graves dysfonctionnements de l’entreprise constatés lors des contrôles.

Pour terminer sur ce point, nous invitons tous les responsables d’audit internes des entreprises publiques de Côte d’Ivoire à nous rejoindre pour relever ensemble les défis de l’avenir. Le rapprochement entre responsables d’audit interne des entreprises publiques nous aidera à renforcer nos capacités, à partager nos expériences, nos outils en vue d’accroitre notre productivité et aider nos dirigeants à booster dans l’amélioration les performances des entreprises publiques.

Nous sollicitons également le soutien moral de nos Présidents de Conseil d’Administration, nos Administrateurs, Directeurs Généraux et Directeurs Généraux Adjoints. C’est pourquoi nous voulons, ici et maintenant, au nom de tous les auditeurs internes et singulièrement des Responsables d’Audit Interne des entreprises publiques de Côte d’Ivoire, les remercier d’avance pour les encouragements qu’ils nous témoignent.

Par ailleurs, retenons que l’auditeur interne est comparable à un médecin qui diagnostique et qui prescrit le meilleur traitement pour la bonne santé de l’entreprise publique. A travers notre Amicale, nous tenons à rassurer nos responsables hiérarchiques de tout mettre en œuvre pour les aider à réussir leurs missions par rapport à la bonne gouvernance, qui demeure un vœu si cher à Monsieur le Président de la république, SEM Alassane OUATTARA.

Au reste, nous voulons exprimer notre reconnaissance à nos conférenciers que sont M. Bamba Seydou, Directeur général du Portefeuille de l’Etat  et M. Goh BI Octave, Président de l’Institut des auditeurs de Côte d’Ivoire pour leur participation effective à nos activités.  Merci d’avance à toutes et à tous pour votre participation effective à nos activités du jeudi 03 novembre et du samedi 05 novembre 2022.

 

Interview réalisée par A.Y

Commentaires

error: Content is protected !!