ABIDJAN-BAMAKO/46 SOLDATS DETENUS : enfin une délégation ministérielle ivoirienne reçu par Assimi Goîta ; la libération a-t-elle sonné ?

Après « le Conseil national de sécurité exige leur libération sans délai »,  le « Conseil national de sécurité  considère cela comme un chantage  inacceptable et exige la libération sans délai  des 46 soldats » et les saisines infructueuses de la CEDEAO et du conseil de sécurité de l’ONU, la voie de la sagesse vient de sonner au palais des bords de la lagune Ebrié : une délégation ministérielle a rencontré le président de la transition militaire du Mali, le colonel Assimi Goïta. Un document, base de nouvelles discussions, à l’effet d’un accord de libération des 46 soldats a été remis à la délégation ivoirienne.

 

En effet une délégation ivoirienne conduite par le ministre d’Etat, ministre de la défense de la Côte d’Ivoire, Téné Birahima Ouattara, et comprenant le directeur de cabinet du Président de la République de Côte d’Ivoire, Fidel Sarassoro ; le  ministre de la Justice, Sansan  Kambilé ; le chef d’Etat-major, le général  Lassina Doumbia etc. était ce jeudi 22 décembre à Bamako. Objectif : trouver avec les autorités maliennes de la transition, les voies et moyens par le dialogue, pour la libération des soldats ou mercenaires détenus à Bamako depuis le 10 juillet 2022. Et ce, en présence de la médiation togolaise.

Les deux parties – malienne et ivoirienne – ont accepté un document de base pour le dialogue ouvert ici et maintenant. Et nul ne doute que le Mali y a introduit ses exigences de sécurité, de stabilité et de bon voisinage qui empêcheront Abidjan d’attenter, en sous-main, à sa stabilité, comme Bamako le suspectait.

 

A LIRE AUSSI://L’AN 1 DU PPA-CI: CEI,  ”46 soldats ou mercenaires”, coups d’Etat civil ou militaire dans la francophonie…Gbagbo parle, larges extraits d’un discours

 

Analysant ce qu’ont produit ses menaces de « libération sans délai », les saisines infructueuses de la CEDEAO et de l’ONU et conscient qu’une attaque ouverte contre le Mali ne se soldera pas facilement à une victoire sur Bamako, Abidjan a aujourd’hui plus que besoin  de paix à ses frontières.

 

Surtout après le basculement de Ouagadougou aux côtés du Mali et de la Guinée Conakry.   C’est à juste titre que l’on peut gager qu’Abidjan va parapher ce document, cette fois-ci, en guise de bonne foi. « L’ambiance de travail était fraternelle », a commenté un membre de la délégation ivoirienne. « Nous avons avancé sur le dossier », a confié de son côté une source officielle malienne.

 

A LIRE AUSSI://CONFLIT CÔTE D’IVOIRE-MALI : 56,5 millions de dollars du Mali volatilisés entre la BCEAO et Attijariwafa Bank au cœur de la guerre ; Bamako soupçonne Abidjan ; les 46, des otages ?

 

Et comme pour montrer sa volonté d’aller à la paix avec Abidjan ; le colonel Assimi Goïta, l’homme fort du Mali a reçu la délégation ivoirienne. Laquelle délégation ivoirienne a été autorisée à rencontrer les 46 soldats.  Des sources proches de cette délégation ivoirienne indiquent que les 46 soldats détenus à Bamako se portent bien, et ils étaient plutôt heureux de cette rencontre.

Va –t-on vers la libération de ces 46 militaires qui ont passé plus de cinq mois en détention au Mali ? Vivement qu’il en soit ainsi afin qu’ils puissent passer les fêtes de fin d’année en famille.

 

A.Y

 

Commentaires

error: Content is protected !!