REFORME CONSTITUTIONNELLE IVOIRIENNE : la limite d’âge qui frappe Bédié encore évoquée


Alassane Ouattara, va-t-il procéder à une réforme de la constitution ivoirienne à quelques mois des prochaines élections présidentielles ? La question revient dans les débats. En tout cas, si l’on en croit Jeune Afrique, dans sa publication sur le marché depuis dimanche 24 novembre 2019, la question est encore sur la table du gouvernement. Elle aurait même été évoquée, lors du Conseil des ministres tenu le 6 novembre dernier.


A en croire Jeune Afrique, le président ivoirien aurait laissé entendre à ce Conseil qu’il mènerait jusqu’à son terme la réforme constitutionnelle qu’il a annoncée.

Lors d’un entretien avec la télévision ivoirienne, le 6 aout dernier, à la veille de la 59e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, M. Ouattara avait annoncé qu’il pourrait apporter des retouches à la Constitution de novembre 2016. 

Selon les confidences de l’hebdomadaire panafricain, la réintroduction d’une limite d’âge à 75 ans pour pouvoir briguer un mandat présidentiel est évoquée dans les coulisses du Palais d’Abidjan. Cette action va proscrire interdire au vétéran de la politique ivoirienne, Henri Konan Bédié, d’aller à la conquête d’un autre mandat présidentiel. Laurent Glagbo et Charles Blé Goudé étant pour le moins forclos avec les condamnations et les procès à leur encontre au niveau de la justice ivoirienne.

Mais à défaut de se présenter, le Président Ouattara, dans ce cas de figure pourrait laisser, comme annoncé dans le passé, le flambeau à une nouvelle génération.

A LIRE AUSSI:// LA HAYE/RECONCILIATION : Soro et Blé Goudé s’accordent et exhortent le RHDP à organiser des assises politiques nationales inclusives (communiqué final)

Henriette Dagri Diabaté avait annoncé samedi dernier, “pour la présidentielle d’octobre 2020, si M. Ouattara, décide de porter le maillot de capitaine”, Le RHDP va se “mobiliser pour qu’il gagne mais, s’il décide d’être l’entraîneur, l’équipe qu’il va mettre en place va gagner”, a assuré pour sa part le porte-parole du RHDP, Kobenan Kouassi Adjoumani.

Laquelle des personnalités va-t-il le succéder ? Puis que selon eux, Amadou Gon ne fait pas l’unanimité au sein du parti. Alors qui est ce ? Amède Bakayoko, le ministre de la Défense ou Cissé Bakongo, son Conseillé juridique ?

A moins de 12 mois de l’élection présidentielle, les ivoiriens vivent dans une grande inquiétude car le lendemain selon eux n’est pas promoteur. Des mois en arrières jusqu’à présent, la scène politique ivoirienne est en sommée de violences verbales entre le pouvoir d’Abidjan et l’opposition ivoirienne.


Au lieu, d’apaiser, de réfléchir sur le processus de réconciliation nationale afin de mener à bien la prochaine élection, un autre dilemme veut être encore introduit dans le but de recaler certains candidats. 

Comment pouvons-nous aller à la réconciliation si certains acteurs politiques seront frustrés ? Qu’est-ce qui y a de mauvais dans Constitution votée à peine trios ans ? N’était-elle pas votée en un commun accord avec les alliés d’hier ?

Alassane Ouattara, serait-il rancunier pour rendre la monnaie à ses détracteurs de la présidentielle de 1995 et 2000 ?


Nous croyons qu’a un moment donné, il faut penser aux générations futures au détriment de sa propre personne, car nous avons un seul pays, c’est la Côte d’Ivoire. Un Ivoirien nouveau, c’est aussi une politique et un politicien circoncis.


Hermann KOFFI

Commentaires