PRESIDENTIELLE DE 2020 : Ouattara ‘’fixe’’ à 100 millions de francs CFA le montant de la caution pour les candidats


L’élection présidentielle de 2020 n’a pas pu être occulté dans le Hambol. Surtout quand c’est le président Alassane Ouattara qui en parle. En visite d’Etat à Katiola dans le Hambol, le président Alassane a cru bon jeter un pavé dans la marre en ‘’fixant’’ à 100 millions d f CFA le montant de la caution que devra débourser chaque candidat à cette échéance d’octobre 2020. C’était en présence des autorités de Niakara venues le saluer à sa résidence.


En effet, le président s’est prononcé sur le montant requis pour être candidat à la présidentielle de 2020. Cette caution, il la souhaite à 100 millions de francs CFA.

 « J’ai demandé au gouvernement d’étudier les voies et moyens pour ce faire. Peut-être, faite comme au Bénin où la caution a été élevée. On ne va pas atteindre 500 millions FCFA. Si on atteint cette barre, il n’y a peut-être que Jean-Louis Billon qui va pouvoir payer (rire du Président Ndlr). Jean-Louis, tu es d’accord qu’on monte à 500 millions F CFA ? (Il rit à nouveau, Ndlr ). Il faudrait mettre la caution, au minimum, à 100 millions F CFA. Parce que, si on veut être Président de la République, on doit pouvoir sortir au moins 100 millions Fcfa pour sa campagne », a-t-il déclaré aux autorités présentes à la résidence des hôtes.

Avant de poursuivre « Quand j’ai échangé avec le Président du Bénin (Patrice Talon), il a dit qu’il veut mettre la caution à un milliard de FCFA.

Je lui ai dit amicalement qu’il exagérait. Mais, vous savez, faire une campagne électorale, ce n’est pas moins de 2 à 3 milliards Fcfa qu’on y injecte.»

A LIRE AUSSI:// PLATEFORME NON IDEOLOGIQUE DE LA CDRP : Voici le manifeste de la plateforme de l’Opposition présidée par Bédié

« Il y a également la question du parrainage, comme le Sénégal l’a fait. Mais je considère qu’il faut que ce soit suffisamment souple pour que les Ivoiriens puissent vraiment entendre les candidats, voir ce qu’ils proposent, comment ils vont faire ce qu’ils proposent. Ainsi, cela permet de faire un choix, donc responsable, et un choix qui permettra également au pays de continuer d’avancer », a-t-il conclu.

Il faut rappeler que la caution exigée au candidats à la présidentielle de 2010 était fixée à 20 millions de f CFA. C’est le lieu de s’interroger sur les motivations d’une telle proposition dans un contexte de pauvreté plus prononcée qu’en 2010.

En effet et pour la banque africaine de développement dont le siège est en Côte d’Ivoire, le taux de chômage en 2019 se situe entre 70 et 90 %. La banque mondiale, toujours prompt à donner des satisfécit aux autorités d’Abidjan, indique que le taux de pauvreté est à plus de 50% dans le pays d’Houphoët Boigny.  


FN

Commentaires