MALI-FRANCE/ONU : Bamako ne veut plus de la France comme coordinateur-rédacteur et/ou porte-plume des résolutions sur le Mali

Après la dénonciation des accords militaire et de coopération, après avoir sommé et obtenu de la France le retrait des troupes françaises sur son sol, le Mali vient de demandr au Conseil de sécurité de retirer à la  France  ses fonctions à l’ONU de coordinateur-rédacteur des résolutions sur la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali ( Minusma ) ou sur le régime des sanctions concernant le pays. En un mot comme en cent, les autorités maliennes ne veulent plus que Paris soit le porte-plume de la République du Mali à l’ONU.

En savoir plus

BURKINA-FRANCE : le capitaine Ibrahim Traoré déchire l’accord d’assistance militaire et somme la France de plier bagage dans un mois au plus tard

Après la Task force « Sabre » qui a été priée par les autorités Burkinabè de quitter le territoire du pays des hommes intègres, l’homme fort du Burkina, le capitaine Ibrahima Traoré dénonce l’accord d’assistance militaire technique, conclu à Paris le 24 avril 1961 entre la République de Haute Volta et la République française, y compris ses deux annexes. La France et ses forces militaires ont 1 mois pour quitter le sol du Burkina Faso à jamais. Un pas de plus vient d’être franchi par les autorités militaires au pouvoir pour acter définitivement le divorce.  Après le Mali, le Burkina … A qui le tour ? Paris panique, l’Afrique francophone joue sa souveraineté. L’intégralité du courrier confidentiel qui sonne le glas.  

En savoir plus

MALI : Guillaume Ngefa, persona non grata au Mali, la France et l’ONU condamnent, Lavrov promet à Assimi Goïta de lutter contre les approches « colonialistes »

Le directeur de la Division des droits de l’homme de la MINUSMA, Guillaume Ngefa-Atondoko Andali, déclaré “persona non grata” au Mali par les autorités militaires au pouvoir. L’ONU et la France  protestent et condamne. Pendant ce temps, les autorités maliennes soignent leur relation avec la Russie.

En savoir plus

BURKINA FASO/FRANCE : après le Mali, les autorités burkinabè donnent 1 mois à l’armée française pour quitter le pays; E. Macron réagit

Le “combat pour la souveraineté” est “engagé”, a dit mardi le président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré, devant des étudiants. “Le gouvernement burkinabè a dénoncé mercredi dernier l’accord qui régit depuis 2018 la présence des forces armées françaises sur son territoire”. “J’attends que le président de transition Traoré puisse s’exprimer, parce que j’ai compris que les messages qui étaient sortis à ce stade relevaient d’une grande confusion, celui-ci étant en déplacement hors de la capitale. Donc, je pense qu’il faut garder beaucoup de prudence, et veiller à ce qui est une spécialité de certains dans la région, qui peuvent avoir partie liée au demeurant avec ce que nous vivons en Ukraine, à savoir nos amis Russes […]. Nous attendons des clarifications de la part de M. Traoré sur ce sujet”, a réagi Emmanuel Macron, indique RFI.

En savoir plus

FRANCE-BURKINA : malgré les propositions alléchantes de Paris, Ouagadougou reste droit dans ses bottes, la coopération militaire au point mort

Deux mois après le coup d’Etat, les autorités militaires burkinabès dirigées par le capitaine Ibrahim Traoré se montrent réticentes à l’idée d’accepter l’appui opérationnel de Paris. Un possible retrait de la force Sabre est désormais évoqué par le ministre français des armées, Sébastien Lecornu

En savoir plus

EUROPE/AFRIQUE: le Premier Ministre Italien, Giorgia Meloni, dénonce le pillage des richesses africaines par la France qui refuse les migrants africains

Dans le bras de fer qui opposé la France à l’Italie dans le cadre de la gestion des migrants africains à l’Ocean Viking, le navire de SOS Méditerranée avec 234 personnes à bord et face au ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, qui avait dénoncé l’attitude «inhumaine» de l’Italie, qui a «pris le parti de ne pas se comporter comme un Etat européen responsable» en refusant d’accueillir les passagers du navire de sauvetage, le Premier ministre italien, Giorgia Meloni, a qualifié la réaction du gouvernement français « d’agressive, d’incompréhensible, injustifiée »

En savoir plus

MALI-FRANCE : Paris suspend son aide publique à Bamako, Assimi Goïta réagit et interdit toutes les ONG françaises agissant au Mali

Réagissant à la volonté de Paris de suspendre son aide publique au développement à destination du Mali  au profit des  ONG françaises exerçant au Mali, le gouvernement de la transition malienne a dénoncé cette décision. Mieux et en représailles, Bamako a décidé d’interdire, avec effet immédiat, toutes les activités menées par les ONG opérant au Mali sur financement ou avec l’appui matériel ou technique de la France, y compris dans le domaine humanitaire.

En savoir plus

BURKINA FASO-QATAR : Blaise Compaoré, le très françafricain, évacué vers Doha pour un « contrôle médical » et non en France

L’ancien président du Faso, Blaise Compaoré, qui a longtemps servi les intérêts de la France au détriment de ceux de son peuple,  doit quitter la Côte d’Ivoire dans les heures à venir pour aller se soigner dans l’Émirat, où il est suivi depuis qu’il a été opéré du cerveau

En savoir plus
error: Content is protected !!