NON AU 3ème MANDAT : l’opposition réunie (CDRP, EDS, GPS, LIDER ET URD) marche dès ce vendredi 21 août, dans le tout le pays


Pour contraindre le président Alassane Ouattara à renoncer à un troisième mandat et obtenir la démission du président de la CEI, entre autres, les plateformes CDRP, EDS, GPS et les partis politiques LIDER ET URD organisent des marches sur tout le territoire national. Abidjan ouvre la marche ce vendredi 21 août avec les femmes qu’accompagneront les hommes et les jeunes. Ci-dessous la déclaration de l’opposition ivoirienne.


« Les Plateformes politiques CDRP, EDS, GPS  et les partis politiques URD et LIDER, ont examiné la situation sociopolitique nationale, notamment à la suite des violentes répressions des marches pacifiques initiées par la société civile appuyée par les organisations de jeunesses des Partis et groupements politiques de l’opposition, pour protester contre la violation de la Constitution de la République de Côte d’Ivoire par M. Alassane Dramane OUATTARA qui veut briguer un troisième mandat, après son deuxième et dernier mandat.

1. L’Opposition ivoirienne salue et félicite la société civile, les jeunes, les militants de la Diaspora et l’ensemble des démocrates ivoiriens pour leur grande mobilisation et leur détermination à s’opposer à la violation de leur loi fondamentale.

A LIRE AUSSI:// 3ème MANDAT/ AFFI A OUATTARA : « c‘est à l’image des 10 ans de gouvernance : grossière mystification, occasions ratées et dévoiement de notre loi fondamentale »

2. Les Plateformes et les partis politiques notent que les manifestions éclatées généralisées observées, depuis le jeudi 13 Août 2020, sur l’ensemble du territoire national et à extérieur du pays, montrent que les ivoiriens, dans leur écrasante majorité, rejettent et s’opposent sans ambiguïté à l’idée d’un troisième mandat anticonstitutionnel de Monsieur Alassane Dramane OUATTARA.

« Les plateformes EDS, CDRP, GPS et les partis politiques URD et LIDER condamnent les violentes répressions et les tueries de manifestants aux mains nues, perpétrée par des milices se faisant appeler « microbes » et exigent la libération immédiate de tous les jeunes, des responsables politiques et de la Société civile dont Madame GBALLET Pulchérie, Présidente de l’ONG ACI et Madame Anne Marie BONIFON, Coordonnatrice de GPS Côte d’Ivoire ainsi que toutes les femmes détenues ».

3. Les plateformes EDS, CDRP, GPS et les partis politiques URD et LIDER condamnent les violentes répressions et les tueries de manifestants aux mains nues, perpétrée par des milices se faisant appeler « microbes » et se réclamant ouvertement du régime du RHDP unifié et déplorent le manque d’encadrement de ces marches pacifiques par les forces régulières.

4. Les plateformes CDRP, EDS et GPS ainsi que les partis politiques URD et LIDER s’inclinent devant les dépouilles, saluent la mémoire des victimes de cette barbarie, souhaitent prompt rétablissement aux blessés et expriment leur solidarité et leur compassion aux familles endeuillées et aux personnes ayant subies des préjudices.

A LIRE AUSSI:// REPRESSION DES MARCHES : l’opposition annonce 12 morts, condamne les actes anticonstitutionnels et demande à Ouattara de renoncer au 3ème mandat

 5.Les plateformes EDS, CDRP, GPS les partis politiques URD et LIDER, exigent la libération immédiate de tous les jeunes, des responsables politiques et de la Société civile dont Madame GBALLET Pulchérie, Présidente de l’ONG ACI et Madame Anne Marie BONIFON, Coordonnatrice de GPS Côte d’Ivoire ainsi que toutes les femmes détenues.

6.L’Opposition ivoirienne dénonce la volonté manifeste du pouvoir RHDP Unifié de travestir le caractère démocratique et républicain de ces manifestations pacifiques, en tentant de manipuler les populations afin de faire glisser les événements vers un conflit intercommunautaire et/ ou religieux.

7.Les plateformes CDRP, EDS et GPS ainsi que les partis politiques URD et LIDER, informent l’opinion nationale et internationale que la crise pré- électorale observée en Côte d’Ivoire est née du refus du Président Alassane Dramane OUATTARA de respecter la Constitution du 08 novembre 2016 et d’organiser des élections transparentes et démocratiques.

8.Les plateformes EDS, CDRP, GPS et les partis politiques URD et LIDER, soucieux d’épargner à la Côte d’Ivoire une autre crise sociopolitique, de préserver et de consolider la démocratie, réaffirment leur ferme détermination à faire barrage au projet inacceptable de Monsieur Alassane Dramane OUATTARA de briguer un troisième mandat, au mépris de notre constitution et de la volonté du peuple ivoirien.

« des manifestations démocratiques de masse sur toute l’étendue du territoire national, qui débutent le vendredi 21 août 2020, par la marche des organisations des femmes des partis et groupements politiques de l’opposition pour 7 points de revendications ».

9.A cette fin, l’opposition ivoirienne annonce, dans le strict respect des dispositions de l’article 20 de la Constitution, des manifestations démocratiques de masse sur toute l’étendue du territoire national, qui débutent le vendredi 21 août 2020, par la marche des organisations des femmes des partis et groupements politiques de l’opposition (EDS, CDRP, GPS, URD et LIDER), à Abidjan.

A LIRE AUSSI://NON AU 3ème MANDAT : « Dieu nous demande de respecter notre parole, c’est le devoir, peu importe qu’il soit président » (Aguib Touré)

Ces manifestations de l’opposition ivoirienne et de tous les démocrates portent sur les revendications suivantes :

a-La renonciation de M. Alassane Dramane OUATTARA à briquer un troisième mandat ;

b-La démission du Président de la Commission chargée des élections et la mise en place d’un nouveau bureau consensuel de la CEI ;

c-L ’audit international de la liste électorale 2020.

d-Le retour de l’ensemble des exilés politiques avec à leur tête, le Président Laurent Gbagbo, le Premier Ministre SORO Guillaume, le Ministre Charles Blé Goudé et le Maire Noël Akossi Bendjo ;

e-La libération de toutes les personnes arrêtées lors des manifestations démocratiques depuis le jeudi 13 aout 2020 ;

f- La libération de tous les Députés incarcérés par le régime OUATTARA, sans la levée de leurs immunités parlementaires ; 

g- La libération de tous les prisonniers politiques civils et militaires de la crise post- électorale de 2010 en passant par le 23 décembre 2019 jusqu’à ce jour.

A LIRE AUSSI://Me CHEICKNA SYLLA AU PR. OUATTARA: « Permettez à Gbagbo de rentrer, accorder la grâce aux prisonniers politiques pour que la paix ne soit pas un vain mot »

10.Les plateformes CDRP, EDS, GPS et les partis politiques URD et LIDER appellent tous leurs militants, militantes, Sympathisants et sympathisantes, toutes les forces démocratiques et l’ensemble des ivoiriens attachés à la liberté, à la démocratie et à l’Etat de droit, à se mobiliser pour participer massivement à la marche des femmes, du vendredi 21 aout 2020 et à toutes les autres manifestations ultérieures de l’opposition ivoirienne.

Ensemble prenons notre destin en main pour sauver notre pays, la Côte d’Ivoire”.


Fait à Abidjan, le 18 aout 2020

Pour la CDRP                                          Pour EDS 

M. Ouattara Gnonzié                                Pr Georges Armand OUEGNIN

Pour l’URD                                                  Pour LIDER

Mme Daniel BONI CLAVERIE                     Mme Monique GBEKIA

Pour le GPS

Mme KONE Minata Épouse ZIE

69 pensées sur “NON AU 3ème MANDAT : l’opposition réunie (CDRP, EDS, GPS, LIDER ET URD) marche dès ce vendredi 21 août, dans le tout le pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NON AU 3ème MANDAT : l’opposition réunie (CDRP, EDS, GPS, LIDER ET URD) marche dès ce vendredi 21 août, dans le tout le pays

par Civnewsafrik temps de lecture: 5 min
69