VIOLATION DE L’EGLISE CATHOLIQUE : Le Pape et Ouattara embarrassés; que devient la visite du pape souhaitée par Abidjan ?


 « Je ne peux pas ne pas me tourner avec grand respect vers le président de la République, chef de l’Etat dont la candidature à ces prochaines élections, n’est pas nécessaire à mon humble avis”, avait indiqué le premier responsable de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire, le Cardinal Jean Pierre Kutwa. Et ce dans le cadre d’un appel au respect du droit dans la concertation. Une déclaration que n’ont pas apprécié les cadres RHDP se disant catholique. D’où la réaction du porte-parole du RHDP, Kobenan Kouassi Adjoumani. CIVNEWSAFRIK vous propose cette analyse de Afrikastrategies.fr relative à cet affront à l’Eglise catholique


« En réponse à l’archevêque d’Abidjan qui ne voit pas « nécessaire » la candidature du président sortant à un 3e mandat, le ministre de l’agriculture s’est théâtralement livré à une intrusion dans les locaux de la cathédrale Saint Pierre. Un incident grave aux vues des accords qui lient l’Etat ivoirien et le Vatican et qui embarrasse le Souverain pontife et Alassane Ouattara. Depuis hier, entre entretiens téléphoniques et envois d’émissaires, les deux personnalités tentent la désescalade.

Alassane Ouattara qui se trouve actuellement en France n’en avait pas besoin. Le président ivoirien devait s’entretenir avec son homologue français initialement le 03 septembre puis la rencontre a été reportée  à ce vendredi à Paris. Un déjeuner de travail entre les deux hommes qui se connaissent bien d’autant qu’ils se sont vus une dizaine de fois en trois ans. Si certains estiment que ce report est le signe d’un « malaise face au troisième mandat », une source diplomatique a confirmé à Afrika Stratégies France ce matin qu’il s’agit d’un « problème d’agenda » lié au « retour très actif » de vacances de l’occupant de Élysée. C’est alors qu’il passe ses derniers jours dans sa résidence de Mougins (Alpes-Maritime) que Ouattara reçoit les premières alertes. « Adjoumani vient de commettre encore une gaffe » panique une conseillère restée à Abidjan alors que de nombreux ministres ivoiriens ont pris d’assaut, à l’occasion de ce séjour privé, les médias hexagonaux pour défendre la candidature du président Ouattara. Dans la foulée, le chef de l’État qui souhaite vivement une visite du pape François en Côte d’Ivoire tente de calmer le jeu. Il va s’entretenir au téléphone avec le cardinal et devrait faire parvenir par le nonce apostolique un message d’excuses dans les prochaines heures à l’évêque de Rome.

LES FAITS

Fin août, dans un communiqué personnel qui n’engage pas l’église catholique locale, Mgr Jean Pierre Kutwa confie : « je ne peux pas ne pas me tourner avec respect vers le président de la République dont la candidature à ces prochaines élections n’est pas nécessaire, à mon humble avis. » Un message mal reçu par le ministre de l’agriculture qui se réclame aussi de l’Eglise catholique. Trois jours plus tard, c’est dans l’enceinte de la cathédrale Saint Paul d’Abidjan que Kouassi Kobénan Adjoumani répond au cardinal. « Une pure provocation » pour les prêtres de ladite paroisse d’autant qu’il ne s’agit pas seulement du siège épiscopal du cardinal Kutwa mais surtout parce que la réservation faite par cette délégation de la majorité présidentielle a fait croire qu’il s’agit d’une simple rencontre.

A LIRE AUSSI: ADJOUMANI AU CARDINAL KUTWA : “la réconciliation n’est pas plus importante que les élections” ; lire l’intégralité de sa déclaration

« Si nous savions que c’était pour venir s’en prendre à nous, chez nous, nous ne l’aurions jamais accepté » regrette un vicaire de la cathédrale qui déplore « une méthode malsaine et voyou ». Mais le porte-parole du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) tenait à exprimer, avec son ironie habituelle son opposition à l’avis du prélat. Adjoumani regrette que  la prise de parole du cardinal  « n’aille pas dans le sens de l’apaisement du climat social » avant de rappeler que, selon lui, « cette candidature est celle qui est la plus à même de garantir la paix, la stabilité, le progrès économique et social ».

LES COULISSES Très vite et comme le veulent les pratiques, le nonce apostolique a été alerté. Car cet acte viole le concordat qui existe entre Abidjan et Rome. Mgr Paolo Borgia n’est pas que l’ambassadeur du Vatican  en Côte d’Ivoire mais aussi le légat canonique du pape auprès de l’église locale. Plusieurs conventions et accords lient la Cité du Vatican, en tant qu’Etat souverain, et la Côte d‘Ivoire.

A LIRE AUSSI:// NON AU 3ème MANDAT : « la candidature de M. Ouattara n’est pas nécessaire », lire l’intégralité de l’appel de J. Pierre Kutwa

Puisqu’en tant qu’Etat, le Vatican n’est pas motivé par des intérêts matériels au sens classique du terme (ressources minières, pétrole, entreprises, etc…), le Saint-Siège est lié par un accord-cadre qui précise les relations bilatérales basée sur le social et l’apostolique. La première, datant de l’indépendance, fait des « lieux de culte catholiques inviolables » sur tout le territoire et protégés par une forme d’extraterritorialité qui fait que « les forces de l’ordre et les représentants de l’Etat ne peuvent y intervenir qu’à la demande de l’ordinaire » notamment l’évêque ou avec son approbation. En cela, l’acte provocateur de Adjoumani est vite perçu comme inapproprié. C’est la raison pour laquelle Alassane Ouattara, très proche de l’Eglise catholique, bien que de confession musulmane, s’est entretenu jeudi avec le Nonce apostolique. Il devrait s’en excuser auprès du Pape François d’autant

LIRE LA SUITE

208 pensées sur “VIOLATION DE L’EGLISE CATHOLIQUE : Le Pape et Ouattara embarrassés; que devient la visite du pape souhaitée par Abidjan ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VIOLATION DE L’EGLISE CATHOLIQUE : Le Pape et Ouattara embarrassés; que devient la visite du pape souhaitée par Abidjan ?

par Civnewsafrik temps de lecture: 4 min
208